Archives quotidiennes : 14/10/2011

Renault condamné pour discrimination syndicale

L’Humanité, 13 octobre 2011 :

Le groupe automobile Renault a été condamné à verser quelque 250 000 euros de dommages et intérêts à un ancien salarié, qui a exercé des mandats syndicaux CGT durant 28 ans.

Marcel Chauvin avait été embauché en 1963 à l’usine Renault de Flins, dans les Yvelines comme ouvrier spécialisé. Militant CGT, il avait été élu délégué du personnel de 1966 à 1981, puis membre au Comité d’hygiène et de sécurité du travail en 1988 jusqu’à son départ en préretraite en 2001. Après l’échec d’une négociation entamée en 2001 avec la direction de Renault pour obtenir un rattrapage de son évolution de carrière, M. Chauvin avait saisi en 2007 le conseil de prud’hommes.

Lire la suite

Neuf jours de grève à l’usine Sovab de Batilly

Le Républicain Lorrain, 14 octobre 2011 :

Le mouvement de grève entamé à la Sovab (Renault) de Batilly (Meurthe-et-Moselle) il y a maintenant neuf jours était en passe de connaître un épilogue, mercredi soir.

En passe, seulement… Après de longues heures de négociations en sous-préfecture de Briey, les dirigeants de l’usine pensaient, sans doute, que leur offre satisferait l’intersyndicale CFTC, CGT et Sud Automobile. Ladite offre comprenait une prime d’intéressement de 450 € net et le remboursement de douze heures de grève.

Les militants – dont la revendication initiale s’élevait à 1 000 € au titre des pertes subies en 2008 et 2009 – ont alors sondé la base. Et formulé une contre-proposition de 750 € net avec le paiement de la moitié des jours de grève. Une fin de non-recevoir leur a été immédiatement signifiée. Hier, l’intersyndicale a procédé à un vote en assemblée générale : sur les 114 votants, 91 se sont déclarés favorables à la poursuite de la grève. De son côté, le directeur Pierre Monflier a déposé une requête en référé. Un préalable avant une éventuelle évacuation de l’usine par les forces de l’ordre : « Mais nous souhaitons toujours que les grévistes reviennent à la raison », aspire la direction…

Mayotte : les manifestants prêts à durcir le mouvement

Linfo.re, 14 octobre 2011 :

Face à la crise qui s’accentue à Mayotte, la Ministre chargée de l’Outre-Mer a décidé d’avancer sa visite. Marie-Luce Penchard s’est rendue en urgence à l’île aux parfums ce vendredi. La représentante du Gouvernement doit s’entretenir avec l’ensemble des acteurs concernés par ce mouvement de protestation. Hier soir, les négociations ont été une nouvelle fois avortées.

Massés sur la place de Comité du Tourisme, plusieurs centaines de manifestants ont suivi les négociations entre les leaders du mouvement contre la vie chère et les représentants de l’Etat hier soir. La journée de mobilisation de ce jeudi a été la plus forte depuis le début de la grève. Alors que les discussions se poursuivaient, la tension est montée. Le secrétaire général de la CFDT a dû lancer un appel au calme afin d’apaiser les esprits.

Lire la suite

Grèves et protestations au Koweït

Le Courrier International, 14 octobre 2011 :

Manifestation le 5 octobre contre la corruption à Koweït City

« Le ministère de l’Enseignement pris d’assaut par 400 lycéens », titre le quotidien proche de l’opposition. Les jeunes réclament la démission du ministre et le retrait d’un projet de réforme des diplômes. Leur mouvement intervient en même temps qu’une vague sans précédent de grèves dans la fonction publique pour réclamer une hausse des salaires – sur fond de climat politique délétère, le Premier ministre étant soupçonné de corruption. Des mouvements de jeunes revendiquent également des réformes politiques et constitutionnelles.

Début de liberté syndicale et de droit de grève en Birmanie

Extrait de dépêche AFP, 14 octobre 2011 :

Les Birmans peuvent désormais se syndiquer et faire grève, des droits dont ils étaient privés depuis un demi-siècle, grâce à une loi entrée en vigueur cette semaine et saluée par l’opposition et les Nations unies.

Le texte voté récemment par les deux chambres du parlement, qui abolit la loi sur les syndicats de 1962, est entré en vigueur après sa signature cette semaine par le nouveau président Thein Sein, ont indiqué vendredi des responsables. « Les travailleurs auront le droit de former des organisations syndicales et de faire grève, en accord avec la loi », a précisé un responsable gouvernemental.

Lire la suite