Grèves et occupations en Grèce

Dépêche AP, 13 octobre 2011 :

A six jours du coup d’envoi d’une nouvelle grève générale, des salariés ont bloqué jeudi l’entrée de l’Acropole et d’autres monuments, provoqué l’arrêt des transports publics et occupé des bâtiments à Athènes pour dire « non » aux douloureuses mesures d’austérité imposées par les autorités pour faire face à la crise de la dette.

Musée en grève à Athènes

De son côté, le Premier ministre Georges Papandréou était à Bruxelles pour des entretiens avec son homologue luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, et le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, avant le sommet du 23 octobre.

Dans le cadre des débrayages témoignant d’une montée de l’exaspération, des employés ont tenté d’empêcher la collecte d’une nouvel impôt foncier en occupant des bureaux administratifs de l’entreprise publique d’électricité. Nombre de Grecs affirment ne pouvoir s’acquitter de cette nouvelle taxe, qui a été incluse dans les factures d’électricité pour en faciliter la collecte. Ceux qui ne paient pas risquent de se voir priver de courant, mais les syndicats de la compagnie d’électricité estiment qu’elle ne devrait pas être impliquée dans la collecte de taxes, et ont fait savoir qu’ils refuseraient de couper le courant aux consommateurs qui ne régleraient pas.

« L’électricité (…) ne peut pas être utilisée comme moyen de chantage contre les chômeurs, les pauvres, les salariés », a prévenu le syndicat GENOP-DEH. « (Nous) ne laisserons pas nos concitoyens pauvres sans électricité ».

Jeudi, journalistes de la radio et de la télévision publiques, avocats, enseignants, employés municipaux, agents des douanes et des impôts ont également cessé le travail ou se préparaient à le faire dans les prochains jours.

Devant le Parlement, des manifestations ont été organisées dans le calme par des centaines d’employés des transports publics -en grève pour 48 heures- et des hôpitaux. Ailleurs, des employés du ministère de la Culture ont bloqué les entrées de l’Acropole, d’autres monuments et de musées. Les chauffeurs de taxi ont eux annoncé une action pour vendredi, au deuxième jour de grève dans les transports.

Dénonçant la « politique inefficace et catastrophique » du gouvernement socialiste, le principal syndicat grec (GSEE) a lancé un appel à la grève générale les 19 et 20 octobre. Des magasins et des marchés à Athènes devraient fermer au premier jour de débrayage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s