Lutte dans la presse contre les suppressions de postes

Les travailleurs de l’imprimerie du journal « Le Monde » et les salariés du « Parisien / Aujourd’hui en France » sont en lutte contre les suppressions de postes et les licenciements.

France Infos, 12 octobre 2011 :

Une grève a été décidée ce soir par les salariés du Parisien / Aujourd’hui en France, pour protester contre un projet de réorganisation du quotidien, qui doit s’accompagner de 48 suppressions de postes.

Grève au Parisien contre 48 suppressions de poste

L’appel à la grève a été voté par 144 voix contre 124 par les salariés du Parisien / Aujourd’hui en France, lors d’une assemblée générale qui a duré plus de trois heures au siège du journal. Grève avec effet immédiat pour dire non au vaste projet de restructuration que la direction a présenté ce matin. Cela faisait plusieurs jours déjà que la situation était tendue dans le journal : une première grève a empêché la parution du quotidien vendredi dernier. Mais maintenant que la direction a donné tous les détails de son projet, le bras de fer pourrait se durcir, car il comprend 48 suppressions de postes.

Ce projet de développement, comme l’appelle la direction du Parisien, a pour objectif de développer la présence sur Internet, de renforcer les éditions départementales ou encore de créer un magazine qui sera vendu le week-end avec le journal. Bref de nouvelles offres… mais des suppressions de poste, alors que le Parisien est tout à fait bénéficiaire. Les salariés ne comprennent pas, mais Jean Hornain, directeur général du Parisien / Aujourd’hui en France affirme qu’il ne faut pas attendre d’être dans le rouge pour réagir : « on a pour habitude d’anticiper les évolutions pour garder notre leadership. On a besoin de gagner des ressources, face à une diffusion papier qui ne progresse plus, de nous développer pour pérenniser à terme les emplois. »

– Le conflit social s’éternise au Monde : pas de parution dans les kiosques pour le 4ème jour consécutif

C’est une situation inédite. Dans un éditorial qui devait accompagner le journal en date de demain, la direction explique c’est la première fois que le Monde ne peut pas couvrir un scrutin national.

Le conflit social porte en fait sur l’avenir de l’imprimerie du Monde, qui est très lourdement déficitaire. Un projet de restructuration prévoit au moins 150 suppressions de poste sur un effectif de 225 personnes et c’est évidemment le point de blocage entre les salariés des rotatives et la direction.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s