Bretagne : Grève reconduite à Pôle Emploi

Le Télégramme, 11 octobre 2011 :

Une grève régionale a touché, hier, plusieurs agences de Pôle emploi, comme à Saint-Brieuc où trois sites sur quatre étaient fermés au public. Le mouvement se poursuit aujourd’hui.

«Les usagers soutiennent notre mouvement. Leurs conditions d’accueil sont devenues déplorables.» Onze heures, hier matin: alors qu’une partie des agents est en assemblée générale, dans les locaux de l’agence Pôleemploi du quartier de la Croix Saint-Lambert, à Saint-Brieuc, Anabelle Huellou, du Syndicat national unitaire(SNU) résume les raisons de la grève régionale qui touche plusieurs sites bretons de l’établissement public.

Un entretien raccourci

Dans les Côtes-d’Armor, trois des quatre agences briochines sont restées fermées au public. Les usagers ont trouvé aussi porte close, dans la matinée, à Dinan. En revanche, le public a été accueilli toute la journée à Lannion, Loudéac, et Guingamp, malgré «50% de grévistes» dans cette dernière ville, d’après Anabelle Huellou. L’une des raisons principales de cette grogne tient en trois lettres, E.I.D., pour «entretien d’inscription et de diagnostic». Auparavant, ce premier contact entre les demandeurs d’emploi et deux conseillers, se faisait en une heure et demie. Désormais, un seul conseiller est mobilisé et il doit faire le même travail en cinquante minutes. Inacceptable pour Guylaine Bernard, de la CGT, qui déclare qu’aucun chômeur ne ressort de l’E.I.D. avec le calcul de ses droits. «Tout est fait en différé», explique-t-elle. À la direction territoriale de Pôleemploi, on fait valoir que l’application «de cette directive nationale», qui n’est pas remise en cause, s’est accompagnée d’une formation de six jours pour les agents, «soit deux jours de plus» que le délai initialement prévu. «Cette année, en Bretagne, nous en sommes à 4.066 jours de formation pour le personnel», argumente Christine Dubois-Broutin, adjointe au directeur territorial des Côtes-d’Armor.

Bataille de chiffres

«Ce qui est dramatique, c’est que la direction continue à communiquer sur des services que nous ne pouvons plus rendre au public», rétorque Armel Richard, de Forceouvrière. Et Anabelle Huellou de présenter d’autres chiffres: «J’ai un portefeuille de 170 demandeurs d’emploi actifs qui sont en attente de me voir tous les jours.» À Saint-Brieuc, ils sont ainsi 120 agents à être en contact avec le public, pour un bassin d’emplois qui compte 8.980 chômeurs. Aussi, les grévistes demandent une pause dans l’application des nouvelles directives nationales, telles la mise en place d’un accueil commun. En attendant, leur mouvement est reconduit aujourd’hui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s