Bruay La Buissière : Grève illimitée chez Dezellus

La Voix du Nord, 15 septembre 2011 :

Sur la ZAL du 3, à Bruay, l’horizon est bouché depuis hier par une colonne de fumée noire qui s’élève dans le ciel. Bouché, il l’est depuis le 6 mai pour les 172 salariés de l’entreprise qui redoutent le licenciement économique. En grève depuis hier matin, ils veulent en savoir davantage sur les offres d’éventuels repreneurs, sur les conditions de départ en cas de licenciement. Dans les deux cas, il leur faudra patienter. Explications.

1 Dialogue de sourd

Même s’il s’en défend, arguant que pour les négociations, les salariés doivent s’en remettre au mandataire judiciaire, Jean-Luc Dezellus, directeur général de cette PME familiale de travaux publics et génie civil, n’a apporté aucune réponse aux salariés qui, hier à 6 h, ont entamé une grève illimitée.

La discussion entre les deux parties n’a pas débouché sur grand-chose. D’où une probable occupation des bâtiments cette nuit par la cinquantaine de grévistes. Dezellus compte encore 170 salariés. Cette société avait été créée en 1929 et rachetée par Jean-Luc Dezellus en 1984. Le mandataire judiciaire pourrait se présenter ce matin afin de délivrer un autre message que celui du patron. En tout état de cause, l’audience judiciaire est programmée demain au tribunal de commerce de Béthune.

2 Vague de licenciements

Selon ce que nous a rapporté en personne Jean-Luc Dezellus, une seule offre aurait été portée à la connaissance du mandataire judiciaire. « Elle n’est d’ailleurs pas très importante », confie le directeur général. Les grévistes avancent le chiffre de 41 reprises. Ce scénario se traduirait par 131 licenciements.

3 Revendications

25 000 E, voilà l’indemnité supra légale réclamée par les grévistes. La liste des revendications est longue. Elle porte aussi sur le paiement des heures supplémentaires, les primes de panier et de déplacement. Le manque à gagner pour les salariés est important car depuis un mois, trois mois, beaucoup se tournent les pouces. La faute aux multinationales des travaux publics, si l’on en croît le directeur. « Nous ne parvenons plus à décrocher de marchés. Les multinationales cassent les prix. Nous sommes en présence d’une concurrence déloyale. En mars, nous n’avons décroché aucun marché. En mai, ce fut catastrophique. Et depuis, ça ne va pas mieux. D’ailleurs, si la conjoncture était meilleure, il n’y aurait pas un repreneur mais une dizaine de sociétés à présenter une offre. » 4 Création d’un syndicat CGT Dezellus Outre la bataille à mener pour améliorer le plan de sauvegarde de l’emploi, les salariés vont devoir élire un comité d’entreprise. Celui-ci n’existe plus depuis le 30 juin. Les élections pour son renouvellement n’ont pas été organisées. Dans la mesure où il en faut un pour mener à bien la procédure de reprise et définir les critères de reclassement, des élections sont inévitables. Vers 18 heures, hier, à main levée, les grévistes ont décidé de créer un syndicat CGT Dezellus pour les représenter. Et si le carnet de commandes de Dezellus est vide, sur le plan social, ce n’est pas le boulot qui manque.

Publicités

Une réponse à “Bruay La Buissière : Grève illimitée chez Dezellus

  1. vendredi 16 décembre à 8h45, rdv en mairie, pour les salariés protéges, et le périodique local, car le protocole de fin de conflit semble ne pas etre respecté. possible reformation de colonnes noires dans le bruaysis.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s