Grève à la SN Oxame : « Nous voulons notre dû »

L’Union, 3 septembre 2011 :

Revin (Ardennes) : Les salariés de la SN Oxame ont entamé une grève hier matin. Ils réclament à leur patron, le versement de leur treizième mois et de la prime de vacances.

Il est aux alentours de 7 heures hier matin. D’habitude, les salariés de la SN Oxame sont au turbin. Mais pas cette fois-ci. Une vingtaine d’ouvriers s’est massée devant les grilles de l’entreprise. Ils font grève. Le mouvement de protestation a été décidé la veille.

L’objet de leur revendication : la prime de vacances et le treizième mois. Des retards de versements que le patron de l’entreprise s’était engagé à régulariser avant la fin du mois d’août. Au 1er septembre, les salariés n’avaient encore rien touché. D’où leur débrayage.

« Ce que l’on veut, c’est avoir les salaires en temps et en heure si possible », confiait l’un d’eux.

« On a vécu redressement après redressement. On se demande si un jour, on arrivera à avoir une situation pérenne », déplore Jean-François Kazek, délégué syndical FO. Un ouvrier d’ajouter : « Nous sommes sur les nerfs. Depuis quatre ans, on se demande si à la fin du mois, on va être payés. On ne sait jamais quand vont arriver les salaires et les charges, elles continuent de courir ».

Ayant remarqué le petit attroupement devant l’usine voisine de la sienne, Lysian Fagis, délégué syndical CFDT à Electrolux est venu apporter son soutien : « Il y a vraiment de quoi être en colère, ça se comprend. Et s’ils ont besoin, nous continuerons de les soutenir ». Une solidarité saluée par Christian Deschamps, délégué syndical CGT.

Vers 7 h 30, le directeur de l’entreprise M. Oldakowski se manifeste par téléphone. La conversation avec Christian Deschamps est houleuse. Finalement, après quelques éclats de voix, la discussion tourne court. « Il est au Luxembourg. il devrait venir », annonce Christian Deschamps et d’enchaîner : Ça fait plusieurs jours que nous essayons de le joindre. Et jusqu’à maintenant, il n’y avait pas moyen. Nous attendons M. Oldakowski pour lui demander des comptes. Les ouvriers ne sont pas là pour faire fermer l’usine mais pour obtenir de travailler dans des conditions normales. Si nous avions eu notre pécule, aujourd’hui, nous serions au travail. Il ne faut pas que le directeur oublie qu’il y a des ouvriers qui n’ont qu’un seul salaire pour faire vivre leur famille ».

Réunion de conciliation lundi

En milieu de matinée, vers 10 h 30, la tension est encore montée d’un cran. M. Oldakoswki ne viendra pas. Il a fait savoir « que si la grève continuait, il fermerait l’usine », rapporte un salarié écœuré. « C’est inadmissible de nous faire du chantage ! », s’indigne un de ses collègues.

Une demi-heure plus tard, le patron s’est exécuté. Les salariés non grévistes (au nombre de 8 d’après les syndicats) ont été priés de rentrer chez eux et sont ressortis les uns après les autres. Les grilles de l’entreprise se sont alors fermées, et elles le resteront au moins jusqu’à mardi.

Car entre-temps, des élus sont venus à la rencontre des grévistes. Et après s’être entretenu par téléphone avec M. Oldakowski, le député-maire Philippe Vuilque déclarait : « La mairie va jouer les casques bleus. Nous avons proposé au directeur et au personnel une réunion lundi matin en mairie. L’objectif est de renouer le dialogue pour sortir de cette situation. M.Oldakowski et les représentants du personnel ont donné leur accord. La directrice départementale du travail par intérim sera également présente. Nous allons continuer de nous battre pour maintenir l’emploi ».

« M. Oldakowski est en train de prendre ses ouvriers pour des marionnettes. Il leur met la pression alors qu’ils ne demandent qu’à toucher les impayés et à travailler. On va voir lundi si M. Oldakowski va tenir ses promesses », fulmine le secrétaire de la section PCF de Revin Jacky Sarazin.

Une réponse à “Grève à la SN Oxame : « Nous voulons notre dû »

  1. heureusement qu il y avait la cgt dans cette entreprise pour faire le nescessaire pour les ouvriers moi je dit un grand bravo a christian car sa cet gars que je connait tres bien gentille honette courageux aime dire se quil pense a voix haute . il faudrait plein d hommes comme lui pour enfin qu une revolution se fasse .moi je dit quil faut l aider a sauver cette entreprise

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s