Archives quotidiennes : 26/08/2011

Travailleurs et étudiants dans la rue

Des manifestations massives ont eu lieu jeudi 25 août dans plusieurs villes du Chili à l’appel des principaux syndicats du pays, dans le sillage de la contestation étudiante qui dure depuis trois mois. C’est le plus important mouvement de protestation depuis la fin de la dictature en 1990.

Des étudiants et des travailleurs attendent devant une file de policiers anti-émeute pendant une manifestation à Santiago, 25 août 2011. 

« C’est une journée historique, celle de l’une des plus importantes manifestations depuis le retour de la démocratie au Chili »,s’exclame le quotidien argentin La Nación au lendemain de la grève générale de deux jours convoquée par la Centrale Unitaire des Travailleurs (CUT), la principale centrale syndicale chilienne. 600 000 manifestants selon les organisateurs, 175 000 selon le gouvernement ont en effet marché dans les rues de Santiago et des principales villes chiliennes le jeudi 25 août pour réclamer notamment une nouvelle Constitution et soutenir le mouvement des étudiants et lycéens qui, mobilisés depuis bientôt trois mois, demandent la refonte du système éducatif.

La plupart des grands quotidiens chiliens, très conservateurs, titrent pour leur part, à l’image de la Tercerasur le fait que « les manifestations n’ont pas réussi à paralyser le pays » et sur les incidents violents qui ont émaillé ces deux jours de contestations. « Ce sont les manifestations les plus violentes de ces quatre dernières années », affirme ainsi La Tercera, relevant les heurts entre manifestants, casseurs et policiers qui ont eu lieu dans le centre de Santiago à la fin de la manifestation. Lire la suite

Publicités

Des évanouissements en masse dans une usine de confection cambodgienne

[Phnom Penh Post – 25 août 2011]

Le personnel de l’usine de confection de Kampong Chnnang où plus de 100 travailleurs se sont évanouies mardi matin en tricotant des pulls pour la marque mondiale H&M a été obligé à effectuer jusqu’à six heures supplémentaires par jour durant environ deux mois avant l’incident, un représentant de leur syndicat a déclaré hier.

« Le patron de l’usine a obligé les travailleurs à travailler entre quatre et six heures supplémentaires par jour au cours des deux derniers mois », dit le représentant syndical Norn Leakhena, ajoutant que de Janvier à Mars, ils ont été forcés de travailler jusqu’à 23h00. Selon elle, les évanouissements sont monnaie courante à l’usine, en particulier dans les zones adjacentes à la salle de lavage, émettant des vapeurs à l’origine de vertiges.

Un cadre de M&V International Manufacturing Ltd, cependant, nie ces allégations d’heures supplémentaires forcées et d’émanations toxiques en expliquant les évanouissements par un « phénomène psychologique étrange ».

Lire la suite

L’expulsion de Ali Mansouri stoppée au dernier moment !

Ce matin, 26 août, Ali Mansouri était conduit dans un avion à Stockholm pour être expulsé vers l’enfer en Iran.  Mais de nombreux militants avaient décidé de tout faire pour empêcher cette expulsion et que Ali Mansouri soit livré aux bourreaux de la République Islamique. Un billet pour Téhéran, dans le même avion, a été acheté, et c’est ainsi qu’un militant du Parti Socialiste de la Justice (section suédoise du Comité pour une Internationale Ouvrière) a pu prendre cet avion.

Une fois à bord, ce camarade a pu organiser une protestation et faire intervenir la télévision suédoise pour dénoncer ce qui allait se passer, si bien que l’expulsion de Ali Mansouri a pu être empêchée à la dernière minute.

Des centaines de milliers de manifestants au Chili

La dépêche AFP du 26 août indique : Environ 175.000 personnes, selon la police, ont manifesté dans des dizaines de villes du Chili, dont plus de 50.000 dans la capitale, Santiago, paralysant son centre, dans une atmosphère dans l’ensemble festive, malgré des heurts après la dispersion entre policiers et groupes de jeunes. La CUT, principale centrale syndicale du pays, a revendiqué jeudi 600.000 manifestants à travers le pays.

Les dépêches et la presse mettent en avant les « violences de manifestants » dans la nuit, oubliant de rappeler la violence policière qui a accompagné ces deux jours de grève nationale. Voici par exemple l’attaque du local d’un syndicat de postiers par les forces de répression à Santiago, le 25 août, dans la journée :

Lire la suite

Manifestation des paysans sans-terre à Brasilia

AFP, 26 août 2011 :

Déçus par la politique agraire de l’ancien président brésilien Lula et l’expansion de l’agrobusiness au détriment de l’agriculture familiale, 4.000 paysans sans terre ont manifesté à Brasilia pour réclamer une réforme agraire à la présidente Dilma Rousseff. « Dilma (Rousseff) a enrichi le atifundio (grands propriétaires terriens) et a oublié les sans-terre », ont scandé toute la semaine les paysans qui campent au coeur de la la capitale du Brésil dans l’attente d’une réponse.

« Le Brésil est le champion du monde de la mauvaise distribution des terres (…) et la concentration des propriétés a maintenant tendance à augmenter, en raison du boom des matières premières qui ont déclenché une ruée vers l’achat de terres », a déclaré à l’AFP Miguel Carter, coordinateur du livre « Le Mouvement des sans-terre et la réforme agraire au Brésil ». Dans ce pays, 1% des grands propriétaires occupent 45% des terres cultivables, d’après les chiffres officiels. Il y a une semaine, quelque 50.000 paysannes avaient également manifesté à Brasilia pour réclamer notamment l’accès à la terre.

Lire la suite

Fin de grève à la Ronde des fraîcheurs

Sud-Ouest, 26 août 2011 :

Estillac (Lot-et-Garonne) : C’est après quatorze jours de grève que le conflit social qui perturbait la pâtisserie industrielle la Ronde des fraîcheurs a trouvé sa résolution. Ce qui n’aura pas été de la tarte ou même du gâteau. L’accord marquant la reprise du travail hier n’a été signé que dans la nuit de mercredi à jeudi, à 2 heures.

Reprise hier à 13 heures

Si les grévistes n’ont pas été reçus dans l’intégralité de leurs requêtes, ils ont le sentiment de sortir de cette affaire « la tête haute », confiait Abib Gargat jeudi à quelques minutes du redémarrage des lignes de production complètement à l’arrêt depuis la veille.

Lire la suite