Archives quotidiennes : 01/08/2011

Iran : Un militant kurde mort sous la torture

Révolution en Iran, 1 août 2011 :

Ourmia : Naser Xanizade, un militant kurde prisonnier au centre de détention d’Ourmia a été tué par les gardiens de la prison, selon un rapport daté d’aujourd’hui.

Âgé de 33 ans, Naser Xanizadeétait originaire de la ville de Bukan et on dit qu’il était membre du Parti Démocrate du Kurdistan d’Iran.

Il avait été arrêté à Marivan il y a quatre mois, puis transféré au centre de détention de Bokan où il a subi d’intenses tortures inhumaines.

Ensuite, il a été emmené en cellule d’isolement au centre de détention de Ourmia où il été violemment torturé puis tué.

Lire la suite

Grève dans l’entreprise de transport Rogister, à Welkenraedt

La direction du groupe Offergeld a fait savoir dimanche soir, qu’aucune négociation n’était envisageable tant que l’entreprise était bloquée.

Une trentaine de militants et des délégués syndicaux de la CSC-Transcom bloquent l’entreprise de transport Rogister, située à Welkenraedt, depuis dimanche soir. Une trentaine de militants et représentants syndicaux de la CSC Transcom ont passé la nuit sur place pour empêcher l’accès à l’entreprise.

Les grévistes souhaitent obtenir du groupe Offergeld, auquel appartient Rogister, des réponses à leurs questions concernant l’avenir et la situation économique de l’entreprise.

« Depuis 3 ans, l’entreprise perd de l’argent alors qu’ailleurs, le secteur se porte à nouveau mieux. Nous n’avons aucune garantie quant à la pérennité de l’entreprise et nous sommes inquiets », explique Yannick Docquier, responsable syndical régional CSC-Transcom. « La direction semble nous ignorer mais nous sommes convaincus que si nous levons les piquets de grèves, nous n’obtiendrons aucune garantie quant à notre avenir », ajoute-t-il.

De son côté, la direction du groupe Offergeld a fait savoir dimanche soir, qu’aucune négociation n’était envisageable tant que l’entreprise était bloquée.

Iran : Grève à l’usine de fabrication de tracteurs de Tabriz

Soliranparis, 31 juillet 2011:

Selon le site de l’agence et collectif de défense des droits humains Iranien, HRANA news les travailleurs de la compagnie iranienne de fabrication tracteurs, dont le siège est à Tabriz sont en grève depuis cinq jours. Tous les ateliers de l’usine ont fermé leurs portes tandis que les responsables provinciaux  de l’entreprise continuent d’ignorer les revendications des travailleurs ;et les ont menacés de licenciement.

Selon un rapport publié par le site Araz News, les travailleurs ont demandé le paiement intégral des primes de productivités, ce qui augmente la durée du contrat des travailleurs , la prise en compte dans leurs emplois , du paiement en temps opportun ,des décaissements de sécurité sociale, la suppression des exigences  patronales , pour qu’il puissent avoir un calcul moins difficile, dans leur accès a des droits de retraites, et le paiement intégral du salaire pour le travail effectué.

Lire la suite

Aux Etats-Unis, les salariés d’Ikea dénoncent un management « digne des plantations »

Le Monde, 1 août 2011 :

Danville, Virginie, sur la côte Est des Etats-Unis. C’est dans cette petite ville de 43 000 habitants que tourne la seule usine Ikea du pays. En 2008, elle avait été accueillie avec espoir dans cette région rurale, minée par le déclin de l’industrie textile et du tabac. « Les habitants ne pouvaient croire en leur bonheur », rapporte le Los Angeles Times. L’Etat et le gouvernement local partageaient le même enthousiasme, offrant 12 millions de dollars (8,3 millions d’euros) pour inciter l’entreprise à s’implanter dans cette zone déshéritée et à y créer de l’emploi. Trois ans plus tard, 335 ouvriers y travaillent, selon le quotidien américain. Ils ont rapidement déchanté.

En témoigne le vote de ces employés, peu commun dans une entreprise privée américaine. Le 27 juillet, ils ont décidé par 221 voix contre 69 de se faire représenter par un syndicat – l’International association of machinists and aerospace workers – appartenant à l’une des principales fédérations américaines (l’American Federation of labor and congress of industrial organizations). Et ce, malgré la campagne menée par le cabinet juridique Jackson Lewis LLP, réputé pour ses stratégies anti-syndicales dans les entreprises qui l’emploient. La direction aurait même organisé des réunions dans l’usine pour dissuader les ouvriers de franchir ce cap.

Lire la suite

Femmes : New Delhi gagnée par «La marche des effrontées»

Plus de 700 personnes, hommes et femmes confondus, ont défilé dans le centre de New Delhi dans la version indienne de la «marche des salopes», un mouvement initié au Canada quand un policier a déclaré que les femmes devraient s’habiller de manière moins provocante si elles ne voulaient pas être violées. Une réussite pour un mouvement qui a été difficile à faire naître en Inde.

 

Avec notre correspondant à Bombay, Sébastien Farcis

Cinq jeunes femmes habillées en noir, poussées, puis jetées au sol par un homme. L’une, puis l’autre, s’assoient finalement par terre, le regard terrorisé. La « marche des effrontées », telle qu’elle a été renommée en Inde, s’est arrêtée de parader pendant un instant dans les rues de New Delhi.

Lire la suite

L’Indonésie interdit l’envoi de travailleurs domestiques en Arabie Saoudite

A partir de ce lundi 1er août 2011, l’Indonésie interdit l’envoi de travailleurs domestiques en Arabie Saoudite. Le moratoire, annoncé en juin suite à la décapitation pour meurtre d’une femme de ménage indonésienne, devrait stopper tout nouvelle arrivée parmi les 1,2 million de travailleurs indonésiens dans le royaume jusqu’à l’adoption d’un accord entre les deux pays pour mieux les protéger.

Avec notre correspondante à Jakarta, Solenn Honorine

Le flot des travailleurs immigrants s’est déjà ralenti ces dernières semaines, passant de 50 000 travailleuses domestiques envoyées chaque mois à moins de 15 000. Seules les employées de maison sont concernées, car ce sont elles les plus vulnérables. En Arabie Saoudite, elles n’ont pas le droit de sortir seules de chez leur employeur, qui les hébergent, et ont donc souvent des problèmes pour appeler à l’aide en cas de maltraitance. C’est l’un des points cruciaux que Jakarta promet de régler via un accord bilatéral.

Lire la suite

Une syndicaliste sud-coréenne vit en haut d’une grue depuis près de 200 jours

Kim Jin-suk proteste contre des licenciements dans son entreprise, les chantiers navals de Hanjin. Le combat de cette syndicaliste attire la sympathie des Sud-Coréens. Samedi 30 juillet 2011 et pour la troisième fois, 200 « bus de l’espoir » vont conduire, de Séoul à Pusan, la grande ville portuaire du sud de la péninsule, des personnes qui soutiennent son combat.

De notre correspondant à Séoul

Ces « bus de l’espoir », c’est un grand mouvement de soutien civique à cette syndicaliste. Celle-ci s’appelle Kim Jin-suk, elle a 51 ans, et lorsqu’elle a commencé sa lutte, elle bénéficiait du soutien des employés licenciés. Mais le mouvement s’est essoufflé, certains grévistes ont gagné des indemnités de licenciement et ont cessé leur action.

Et ce sont des citoyens, des militants à travers tout le pays, pris de sympathie pour son combat, qui ont pris le relais. Ils ont donc organisé, via les réseaux sociaux, des voyages en bus, tout au sur de la Corée, jusqu’à la fameuse grue.

C’est la troisième action de ce type. Les premiers « bus de l’espoir » avaient amené 500 sympathisants début juin, le deuxième voyage avait attiré 7 000 personnes, et demain samedi les organisateurs ont déclaré attendre 10 000 citoyens.

Lire la suite

Les syndicats font de la résistance au déménagement au Mont-Liébaut

On croyait l’accord conclu. Les déménageurs patienteront encore un peu avant de transporter les meubles et les cartons des organisations syndicales au Mont-Liébaut. Rien ne bougera avant septembre, ont-elles décidé après concertation.

« On ne cherche pas la polémique mais il y a des choses qui méritent des éclaircissements », annonçait la couleur Henri Tobo, de la CGT, en sortant vendredi d’une réunion avec Sergine Guilbert, Guy Leroy de la CFDT, et Christian Antoniewicz de la CFTC. « Les représentants des autres syndicats sont en vacances. À la mairie aussi il y a des absents. On comprend que tout le monde ne soit pas disponible en ce moment. C’est pour cela que l’on préfère attendre septembre avant d’aller plus loin. » Quelques jours après avoir entendu Yvon Bultel, adjoint au maire, se réjouir d’être parvenu à boucler un dossier en souffrance depuis cinq ans, la démarche est inattendue. Les syndicats ont-ils signé les yeux fermés ? Depuis lors, ils ont épluché la convention et plusieurs points les ont fait tiquer.

Lire la suite

L’autorité du Directeur Général de la Mauripost ébranlée par la volonté et la détermination d’une femme syndicaliste

Le Mouvement National des Femmes de la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM) a organisé une conférence de presse ce dimanche 31 juillet 2011 au siège de la Centrale à Nouakchott.

Cette conférence à laquelle ont assisté plusieurs cadres de l’organisation syndicale a été présidée par Mme Oumoukelthoum Mint Mohamed, Présidente du mouvement national des femmes de la CGTM et elle était destinée à dénoncer vigoureusement la décision disproportionnée et illégale du Directeur Général de la Société Mauritanienne des Postes, relevant la camarade Mme Moulkheiry Mint Sidi El Moustapha de ses fonctions de Chef de Service de Contrôle de Gestion et Suivi des Performances au seul motif qu’elle a participé à une grève générale décrétée légalement par la CGTM.

Rappelons que Mme Moulkheiry Mint Sidi El Moustapha est, Vice-Présidente du Mouvement National des Femmes de la CGTM, Membre du Bureau National de la CGTM, Membre du Comité Régional des Femmes de l’Internationale des Compétences et des Services (UNI) pour l’Afrique du Nord, Vice Présidente du Mouvement National des Femmes de la CGTM, Membre du Comité des Femmes Migrantes et Membre du Bureau National de la Fédération Nationale des Postes et Télécommunications.

Lire la suite

Poursuite de la grève des transporteurs routiers à Nouakchott

Le trafic routier au niveau de Nouakchott a été fortement perturbé aujourd’hui encore en raison d’une grève générale des transporteurs routiers entamée depuis le 26 juillet dernier conformément au mot d’ordre lancé par la CGTM. 

Les travailleurs de ce secteur ont organisé un imposant rassemblement devant le stade de la capitale à Nouakchott pour faire entendre leurs revendications socioprofessionnelles légitimes et demander leur satisfaction.

L’objectif de ce débrayage est de protester contre la précarité de leurs conditions de travail et demander l’annulation du décret qui vient d’être publié prévoyant une sanction lourde (amende ou prison) pour les conducteurs qui commettent des accidents de circulation avec des pertes en vies humaines.

Lire la suite