Archives quotidiennes : 26/07/2011

Les manutentionnaires de Sotheby’s New York menacent de faire grève

NEW YORK (ETATS-UNIS) [26.07.11] – En dépit de ses résultats en hausse, la maison de ventes internationale chercherait encore à réduire ses coûts, sur les activités d’emballage et de transport des œuvres notamment. C’est du moins ce qu’affirment ses manutentionnaires qui menacent Sotheby’s de grève s’ils ne parviennent pas à un accord.

D’après le New York Times, le contrat qui liait jusqu’alors la maison de ventes Sotheby’s et Teamsters Local 814, le syndicat de 42 de ses manutentionnaires new-yorkais, vient de prendre fin. Les deux parties sont donc à la recherche d’un nouvel accord. Dans l’hypothèse où les négociations n’aboutiraient pas, les manutentionnaires du syndicat se disent prêts à faire grève.
Publicités

Le mardi 2 août, urgences en grève au CHU de Caen

Les syndicats CFTC, FO et Unsa du CHU de Caen ont déposé un préavis de grève pour le mardi 2 août. « Depuis le début du mois de juillet, en concordance avec la plus importante fermeture de lits de l’histoire du CHU, le service des urgences s’engorge. Les patients attendent jusqu’à plus de 24 heures pour obtenir un lit d’hospitalisation. » Une situation également liée au manque de personnel qualifié. « Cette situation n’est pas tenable. Le personnel soignant des urgences souffre de mauvaises conditions de travail, d’agressivité latente et d’actes de violence La prise en charge des patients et de leur famille n’est pas satisfaisante », estiment les syndicats.
Ouest France, Socialmardi 26 juillet 2011

Les prud’hommes visés par des réformes préjudiciables !

FO conteste les initiatives gouvernementales qui menacent de priver les salariés d’un réel accès à une justice impartiale et gratuite.

Rien ne va plus dans les juridictions spécialisées dans les conflits du travail. Les conseils des prud’hommes (207 sur le territoire) croulent sous les procédures.

Ce sont 228 901 litiges qui ont ainsi été portés devant les prud’hommes en 2009, soit une hausse de 13 % par rapport à 2008. La réforme de la carte judiciaire avait supprimé cette année-là 62 conseils. Cela a aggravé les dysfonctionnements.

Les justiciables doivent ainsi attendre en moyenne dix mois avant d’obtenir un jugement. Un salarié de Bobigny (Seine-Saint-Denis) devra toutefois patienter au mieux 32 mois, un Lyonnais 25,4 mois, un Niçois 22 mois… Face à cette situation, le gouvernement, qui prétend désengorger les conseils, annonce des initiatives inédites en matière de justice.

La loi de finances rectificative pour 2011 vient ainsi d’instaurer une taxe (ou « droit de timbre ») de 35 euros, payable par quasiment tous les justiciables qui voudront voir leurs requêtes examinées, notamment par la justice prud’homale.
Lire la suite

Égypte: infractions constantes des droits de la main-d’œuvre

26 July 2011: Dans son dernier rapport rédigé à l’occasion de l’examen régulier des politiques commerciales de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Confédération syndicale internationale (CSI) condamne les graves violations du droit d’organisation et de la liberté syndicale en Égypte.

« Ce rapport met au jour d’inquiétantes lacunes, dans la loi comme dans la pratique, au niveau du droit d’organisation, de négociation collective et de grève, a expliqué Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI. Même si la révolution de la population égyptienne a ouvert la voie à la mise en place d’un syndicalisme indépendant, la route est encore longue. »

Le 24 mars 2011, le gouvernement a adopté la loi 34/2011 interdisant les grèves et les manifestations qui freinent la production, privant ainsi les travailleuses et les travailleurs d’un droit fondamental garanti par le droit international, et des moyens indispensables de parvenir à la justice économique et sociale.

La législation ne protège pas de façon adéquate les femmes, les personnes handicapées, les homosexuels et les personnes qui vivent avec le VIH/sida de toutes sortes de discriminations, et n’exige pas l’égalité de rémunération entre les femmes et les hommes. Les femmes sont peu présentes sur le marché du travail et sont victimes d’un énorme écart salarial.

Le Code du travail ne s’applique pas aux enfants qui travaillent dans l’agriculture ou dans des entreprises familiales, ou qui sont victimes de l’esclavage domestique. De graves violations des droits des enfants et l’exploitation enfantine sont de fait « légalement » tolérées. Bon nombre de rapports indiquent que le travail forcé pose un sérieux problème en Égypte.

Vous pouvez consulter le rapport complet ici (en anglais) : http://www.ituc-csi.org/internationally-recognised-core,9489.html?lang=en

La grève largement suivi dans le secteur de l’Infrastructure

Depuis ce matin, le pays tout entier est au ralenti pour cause le mot d’ordre de grève générale lancé par la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie à partir d’aujourd’hui provoque des perturbations dans les différents secteurs socio-économiques du pays.

Le secteur de l’Infrastructure est complètement paralysé ce matin.

Au niveau de l’intérieur du pays, la société SABR chargée de la construction de la route Agoueinit- Sélibaby est totalement à l’arrêt. Pareille, pour la société MPSS au niveau de la route Kaédi-M’Bout . Les travailleurs de la société Translog, sont également entrés dans la danse en observant un arrêt total de travail sur le chantier de Rosso conformément au mot d’ordre de grève lancé par la CGTM.

Au niveau de Nouakchott, les travailleurs de la société Translog chargée des travaux d’extension du port autonome de Nouakchott, sont aussi en grève.

Le chantier de l’Etat major de la garde nationale, celui de la gendarmerie, et la nouvelle université observent aussi largement le mot d’ordre. Même la présidence de la République n’a pas été épargnée par ce mot d’ordre.

Les travailleurs des différents chantiers de l’ENER observent eux aussi un arrêt total de travail.

mardi 26 juillet 2011 http://cgtm.org/spip.php?article773&lang=ar

Belgique : Des bagagistes de Flightcare au bord de la grève

Le climat est toujours tendu au sein de la société Flightcare, une des deux sociétés de bagagistes de l’aéroport. Ce mardi midi, une réunion aura lieu entre direction et syndicats pour éviter qu’une majorité du personnel parte en grève.

Il s’agit des bagagistes affiliés à la CSC, syndicat chrétien. Ils dénoncent des conditions de travail intenables cet été.

Charger et décharger les valises dans les soutes des avions est en travail lourd, en particulier l’été, les mois de départ en vacances. Chaque été, c’est pareil : selon la CSC, il y a trop peu de personnel sur le tarmac. Certains bagagistes parlent de situation intenable ces derniers jours. « Il y a des pilotes, des cadres, des managers qui viennent aider des bagagistes. C’est pour vous dire ! Au niveau des bagagistes, c’est vraiment catastrophique. Pour charger ou décharger un avion long-courrier, il faut six personnes minimum. Ce qui se passe actuellement, c’est qu’on envoie une équipe de trois personnes et, quand ça ne va pas, on envoie des superviseurs, des dispatcheurs pour boucher les trous« , dénonce un bagagiste.

Lire la suite

Les Français attachés au droit de grève

Sondage. Deux Français sur trois s’opposent à l’idée d’interdire la grève dans les transports pendant les départs en vacances.

Après le dépôt par les syndicats d’hôtesses et de stewards d’Air France d’un préavis de grève pour la période courant du 29 juillet au 1er août (levé depuis), un député de la Droite populaire a proposé qu’on interdise la grève lors des périodes de grands départs et de retours de vacances. Interrogés par l’Ifop pour notre journal, deux Français sur trois (66 %) se montrent opposés à cette proposition. Ils justifient ce refus par leur attachement au droit fondamental que constitue le droit de grève. À l’inverse, seuls 34 % adhèrent à l’idée que les grèves perturbent la vie de très nombreuses personnes.

Les clivages sont principalement politiques. 79 % des sympathisants de gauche rejettent cette proposition à laquelle adhèrent 60 % des proches de l’UMP. On notera néanmoins que 4 sympathisants UMP sur 10 y sont donc opposés tout comme 61 % des proches du Front National. Signe du fort attachement des salariés au droit de grève, 78 % de ceux travaillant dans le public sont contre, comme 72 % de leurs homologues du privé, les indépendants et les employeurs étant beaucoup plus partagés : 52 % pour, 47 % contre.

La limitation du droit de grève pour permettre d’instaurer un service minimum dans les transports publics fut plébiscitée lors de sa mise en place au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy : 71 % des Français y étaient favorables dans notre sondage de juillet 2007, réalisé par Ifop. Le rapport de force est donc aujourd’hui inversé. Les Français considèrent qu’il ne convient pas de porter davantage atteinte au droit de grève auquel ils sont attachés. D’autant plus que le service minimum semble avoir donné plutôt satisfaction lorsqu’il a été testé au cours de mobilisations sociales.

Selon un sondage Ifop pour Metro mené lors de la journée d’action du 22 mai 2008, 54 % des usagers des transports en commun et de la SNCF estimaient que le service avait été de meilleure qualité que lors des autres journées de grève.

Ouest France, dimanche 24 juillet 2011.