Archives quotidiennes : 19/07/2011

Algérie: Suspension de la grève des travailleurs de l’Unité de Réghaia de Linde Gaz Algérie

Les travailleurs de l’unité de fabrication d’oxygène médical, située à Réghaia, relevant du Groupe Linde Gas Algérie, ont arrêté, avant-hier dimanche, leur mouvement de contestation.«Actuellement, la Direction générale de Linde Gas Algérie est en discussion avec ses travailleurs, et ce afin de trouver un terrain d’entente, après avoir été confrontés à un mouvement de protestation de plus de 15 jours», a indiqué, hier, à la Tribune, M. Pierre Chevallier, Président directeur général de ce Groupe en Algérie.

Soulignant la reprise de la production de ladite unité, M. Chevallier est revenu sur les causes de ce mouvement de protestation: «Les travailleurs de l’unité de fabrication d’oxygène médical de Réghaia, se sont, en fait, opposés au transfert des installations de fabrication d’acétylène de cette unité vers Bouira».

«Notre seul objectif était de remplacer la production de gaz d’acétylène par un système des gaz mélange, et ce pour plus de valeur ajoutée et de protection de l’environnement», nous a t-il expliqué.

D’après le P-DG de ce Groupe de droit algérien, en dépit de ce transfert, l’Unité de production de Réghaia n’a entrepris aucune compression du personnel, au nombre de huit, dont quatre sont partis en retraite.

Lire la suite

Grève réussie pour le syndicat indonésien de la mine

Une section de notre affilié indonésien FSP-KEP (SPSI), le Syndicat des travailleurs de la chimie, de l’énergie et de la mine, a mis fin, le 13 juin, à une grève de huit jours entamée contre l’américain Freeport-McMoRan à la mine de cuivre et d’or de Grasberg, dans la province de Papouasie-Orientale, sur l’île de Nouvelle-Guinée. Quelque 10.000 mineurs sur les 18.000 employés à la mine avaient posé l’outil le 4 juillet après que la direction ait refusé d’accéder aux revendications salariales de la section de PT Freeport du FSP-KEP, préférant plutôt licencier six dirigeants syndicaux.

Dans la négociation qui a conduit à la fin de la grève et à laquelle participaient le syndicat, la direction et des représentants des autorités locales, Freeport-McMoRan a accepté de réintégrer tous les six sans perte de salaire pour la durée de la grève et aussi de payer les salaires des 10.000 mineurs pendant ces huit jours.

La marche du 4 juillet sur Kuala Kencana

Le directeur gérant de Grasberg, Armando Mahler, a aussi accepté de reconnaître les dirigeants démocratiquement élus de PT Freeport et d’entamer la négociation d’une convention collective le 20 juillet. Les mineurs réclame un doublement de leur salaire horaire qui passerait de l’équivalent de 1,50 à 3 dollars. Des six compagnies minières de Freeport-McMoRan dans le monde, Grasberg est la plus rentable, mais aussi celle qui paie le moins bien son personnel.

La direction a déclaré avoir perdu 23 millions $ par jour du fait de la grève. Le premier jour, des milliers de mineurs ont marché de la ville de Timila à Kuala Kencana, le complexe minier de la compagnie, où ils se sont heurtés à des vigiles hostiles.
Lire la suite

Le NUM réussit à bloquer l’offre de rachat de Vale sur Metorex en Afrique du Sud

Le NUM réussit à bloquer l’offre de rachat de Vale sur Metorex en Afrique du Sud

La semaine dernière, la grande famille mondiale de l’ICEM a envoyé ses félicitations au NUM sud-africain (National Union of Mineworkers) qui a réussi à faire barrage au groupe minier brésilien Vale qui voulait investir dans le pays et ailleurs dans la région. Devant l’antisyndicalisme qu’affiche Vale partout dans le monde, et surtout contre l’United Steelworkers (USW) au Canada, le Secrétaire général du NUM, Frans Baleni, l’a décrit comme « un des plus grands exploiteurs des travailleurs au monde ».

Vale avait déjà depuis longtemps un œil sur la compagnie minière sud-africaine Metorex, spécialisée dans l’extraction de métaux de base et cotée à la bourse de Johannesburg. Metorex exploite de vastes gisements de cuivre et de cobalt et a des projets de développement en République démocratique du Congo (RDC) et en Zambie.

L’annonce, le 12 juillet, que Vale retirait son offre sur Metorex sous la pression du syndicat est une bonne nouvelle. Si la multinationale avait pu aller de l’avant, le NUM était déterminé à contester ce rachat devant la Commission sud-africaine de la concurrence.
Lire la suite

La CGTM dénonce la répression violente des travailleurs de Zouerate

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, la Confédération Générale des Travailleurs de Mauritanie (CGTM) a dénoncé la répression violente des travailleurs dits journaliers par les forces de sécurité qui tentaient de les empêcher d’exercer leurs activités syndicales et de confisquer leurs droits de réunion et de manifestation garantis par la Constitution du pays.

L’organisation syndicale a mis en garde les autorités locales de la ville minière sur les conséquences des violations répétées de la sacralité du siège de la Coordination régionale de la CGTM à Zouerate ainsi que l’agression et le harcèlement exercés à l’encontre de ses adhérents.

Ci-après l’intégralité du communiqué :

Le siège de la coordination régionale de la CGTM à Zouerate a été de nouveau visé par une attaque perpétrée par des éléments de la garde nationale le dimanche 17/07/2011, dans l’après midi.

Les gardes ont saccagé la plaque indicative qui était placée sur l’entrée principale du siège et se mettaient à arroser de gaz lacrymogène le siège déjà fermé, après avoir agressé sauvagement et dispersé les travailleurs qui s’apprêtaient à entrer dans le siège de l’organisation.

Cinq travailleurs ont été arrêtés dont trois ont subi un traitement humiliant voir même sadique de la part des forces de sécurité qui l’ont obligé de rester couchés par terre pendant quelques heures dans un parc public.

Lire la suite

LEAD 1-Préavis de grève à Air France à partir du 29 juillet

PARIS, 18 juillet (Reuters) – Les sept syndicats d’hôtesses et de stewards d’Air France (AIRF.PA: Cotation) annoncent le dépôt d’un préavis de grève du 29 juillet au 1er août pour réclamer l’ouverture de négociations sur l’organisation du travail.

Les syndicats CGT, CFDT, CFTC, Unac, SNPNC, Sud et Unsa s’opposent à une nouvelle organisation du travail dans les futures bases en province, à la suppression d’un navigant à bord des Airbus A319 et à l’absence de consultation sur le service à bord des longs courriers.

« Nous refusons de devenir les victimes de la productivité. Nous refusons de sacrifier la sécurité des vols », écrivent-ils dans un communiqué.

Les syndicats souhaitent l’ouverture de négociations rapides avec la direction pour éviter un conflit en pleine période de vacances, a dit un porte-parole du SNPNC sur BFM-TV.

Deux syndicats de pilotes d’Air France, Spaf et Alter, appellent également à une grève du 29 juillet au 1er aôut pour exprimer leur désaccord avec le projet « bases province » d’Air France, destiné à contrer les compagnies à bas coûts.

La principale organisation de pilotes, le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), a voté en faveur du projet.

Lire la suite

Un accident du travail reconnu comme « dépression nerveuse réactionnelle » chez STmicroelectronics

Un salarié du site grenoblois de STmicroelectronics a plongé dans une « dépression nerveuse réactionnelle » après son entretien préalable à licenciement. Après enquête, la CPAM a considéré qu’il s’agit d’un accident du travail.

L’inspectrice du travail estime que la direction de STMicroelecytronics doit urgemment « renouer le dialogue » avec ses instances représentatives du personnel.

En décembre 2010, le salarié licencié (57 collègues ont signé une lettre de soutien) avait interpelé un élu DP CGT pour porter à sa connaissance la souffrance au travail dont il s’estimait victime depuis mi-2009. « L’élu DP prend contact avec la DRH à 3 reprises pour essayer de trouver une solution à ce problème. La DRH ignorera ces demandes répétées bien qu’elle envoie à plusieurs reprises des lettres recommandées avec accusé de réception à notre collègue. La DRH n’acceptera un rendez-vous qu’une fois le salarié convoqué à un entretien préalable à son licenciement ».

18/07, Miroir Social

Nigeria: le secteur pétrolier menacé de paralysie par une grève

LAGOS – Les travailleurs nigérians s’apprêtent à entamer cette semaine une grève qui pourrait paralyser le principal producteur de pétrole africain en raison d’un litige sur le relèvement du salaire minimum.

Le conflit met en lumière le profond fossé entre riches et pauvres au Nigeria, pays africain le plus peuplé mais aussi l’un des plus corrompus au monde.

Sauf accord de dernière minute, les travailleurs nigérians prévoient une grève de trois jours à partir de mercredi.

Le conflit a surgi après que certains gouverneurs d’Etat nigérians ont refusé d’appliquer la décision de relever le salaire minimum de 7.500 naira à 18.000 naira (118 dollars) par mois.
Lire la suite