Manifestation devant le parlement à Athènes

France Soir, 28 juin 2011 :

Des milliers de manifestants ont commencé mardi à se rassembler devant le parlement à Athènes pour faire entendre leur colère face au plan d’austérité prononcé par les créanciers internationaux de la Grèce. Ce plan doit permettre au pays d’éviter la faillite.

Des milliers de manifestants se sont rassemblés ce mardi devant le parlement à Athènes pour exprimer leur colère face au plan d’austérité exigé par les créanciers internationaux de la Grèce, afin de lui éviter la faillite.

20.000 personnes devant le parlement

Les députés doivent se prononcer par vote mercredi et jeudi sur ce nouveau plan de redressement qui concerne les dépenses de l’Etat, l’alourdissement de la fiscalité et les privatisations. Les syndicats ADEDY, qui représente un demi-million de fonctionnaires, et GSEE, représentant deux millions de salariés du privé, ont entrepris de faire pression sur les parlementaires en lançant à partir de ce mardi une grève de 48 heures. Des administrations et des transports publics sont touchés par ce groupement d’individus, tandis que des écoles étaient fermées mardi, tout comme de nombreux commerces et entreprises. Le centre d’Athènes était en fait quasiment désert. En milieu de journée, environ 20.000 personnes étaient rassemblées sous un soleil écrasant devant le parlement.

Un mécontentement général

« Nous espérons une participation massive et dynamique à la grève et à la manifestation dans le centre d’Athènes. Pendant 48 heures, des travailleurs, des chômeurs, des jeunes seront dans les rues », a déclaré Spyros Papaspyros, leader d’ADEDY.

Alors que la police a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser un petit groupe de jeunes qui jetaient des bâtons et des bouteilles, le reste de la manifestation s’est déroulé dans le calme. La foule brandissait des banderoles hostiles comme : « Les banquiers sont les PIGS, pas le peuple ». L’acronyme PIGS, « porcs » en français, est celui par lequel certains investisseurs désignent le Portugal, l’Irlande, la Grèce et l’Espagne, dont les finances sont jugées fragiles.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s