Archives quotidiennes : 26/06/2011

Tizi Ouzou : Les travailleurs de l’ENIEM en grève

El Watan, 26 juin 2011 :

Les travailleurs du complexe d’appareil ménagers (CAM) de l’entreprise nationale des industries de l’électroménager (Eniem), ont observé, dimanche 26 juin, un sit-in devant le portail de leur unité, située dans la zone industrielle d’Oued Aïssi, à 15 km de Tizi Ouzou. Ils sont plusieurs centaines d’ouvriers à avoir débrayé pour contester les modalités de la mise en application de l’accord collectif portant la répartition des échelons établi en 2010.

Selon eux, « à travers cette rétribution, nous constatons une discrimination totale envers les anciens travailleurs par l’absence flagrante d’une gestion rationnelle des carrières ».

Lire la suite

Publicités

Près de 4000 personnes marchent à Azazga

Tout Sur l’Algérie, 26 juin 2011 :

Plusieurs milliers de personnes, 4.000 selon les organisateurs, moitié moins selon les services de sécurité, ont pris part ce dimanche 26 juin à la marche populaire à laquelle avait appelé la coordination des comités de villages et des élus d’Azazga. L’objectif de cette marche était de crier le ras le bol de la population locale à cause de l’insécurité qui sème la psychose dans la région. La population présente réagissait également à la mort de Mustapha Dial, cet ouvrier, père de 4 enfants, victime d’une bavure militaire après l’attentat qui a ciblé jeudi 23 juin un convoi de l’ANP à moins d’une centaine de mètres de l’hôpital d’Azazga.

Le ratissage de l’armée dans ce quartier est décrite par la coordination des comités de villages comme « une descente punitive » . A travers cette marche, la population d’Azazga à laquelle se sont joints des habitants du village d’Oumaden, village natal de la victime a voulu aussi exiger que « justice soit faite et que des réparations soit accordées aux deux familles des victimes ».

Lire la suite

Syrie : Malgré la terreur, la lutte continue pour renverser la dictature

Article publié dans « Communisme-Ouvrier n°10« , bulletin de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Selon les derniers chiffres des organisations de défense des droits humains, on compte déjà un millier de morts, victimes de la répression du régime de Bachar al-Assad, depuis le début du soulèvement populaire en Syrie. A Deraa, Homs, et Banias, ce sont les les chars et l’armée qui interviennent pour réprimer et terroriser la population. C’est là de nouveaux crimes du régime baath syrien, après des décennies de répression contre toute opposition, de discriminations contre la minorité kurde privée de citoyenneté, d’état d’urgence, de lois misogynes, etc.

Mais malgré ce régime de terreur, le soulèvement commencé le 15 mars, montre que, comme en Egypte, en Tunisie et dans les autres pays d’Afrique du nord et du Moyen-Orient, la population ne veut plus de ces régimes dictatoriaux, policiers et corrompus. Quelque soit les idéologies, nationalistes arabes comme en Syrie, nationalistes kurdes comme au Kurdistan d’Irak, islamistes chiites comme en Iran ou islamistes sunnites comme en Arabie Saoudite, les formes de l’appareil d’Etat, dictature militaire comme en Egypte ou monarchie comme à Bahreïn, leur positionnement, pro-occidentaux comme le Yémen et l’Irak, ou « anti-occidentaux » comme l’Iran et la Syrie, on trouve la même colère de la population contre ces régimes, la dictature et la corruption, et pour la liberté et les revendications sociales. Quelques soient les régimes, face aux luttes et révoltes de la population, on assiste aussi à la même répression sanglante, comme en Libye où Kadhafi n’a pu réprimer que grâce aux armes vendues par les Etats occidentaux et en particulier la France, à Bahreïn où l’armée saoudienne a écrasé le soulèvement avec le soutien des Etats occidentaux, en Syrie où le régime peut compter sur les mercenaires iraniens pour terroriser la population, au Kurdistan d’Irak où les milices nationalistes ont ouvert le feu sur les manifestants le 18 avril à Souleimaniye… et même dans les pays où les soulèvements populaires ont récemment fait dégager des dictateurs, comme en Egypte où, sans Moubarak, le régime militaire tente, avec le soutien des Frères Musulmans, d’interdire les grèves et les manifestations.

Lire la suite

Accueil des Roms de Roumanie à Besançon : Lettre ouverte au préfet

Lettre ouverte au préfet de Franche-Comté et du Doubs suite à la décision de fermer le dispositif de prise en charge du CCAS des Roms de Roumanie vivant à Besançon. Une conférence de presse sur le sujet sera organisée le lundi 27 juin ainsi qu’un rassemblement devant la préfecture le jeudi 30 juin (date de fin de prise en charge annoncée) à 17 H.

Besançon, le 25 juin 2011

Monsieur le Préfet de Région, Préfet du Doubs,

Les personnes et organisations soussignées s’adressent à vous pour vous demander de manière solennelle de surseoir à la décision que vous avez prise de fermer le dispositif qui permet au CCAS ( Centre Communal d’Action Sociale ) de prendre en charge des familles Roms de Roumanie. Cette décision a été transmise par la DDCSPP ( Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations ), le 16 juin. Elle a fait savoir que les financements permettant de maintenir une partie des places hivernales ne seraient pas renouvelés et qu’il faudrait donc fermer ces places au 01/07/11.

Pourtant, cette année encore, à la fin du Plan Hiver, le SAAS ( Service d’Accueil et d’Accompagnement Social) , faute de places pérennes disponibles, n’a pu absorber les publics accueillis sur les places hivernales, et a sollicité les services de l’Etat afin de maintenir une partie du dispositif ouvert, dans le but d’assurer, comme le prévoit les textes, la continuité des prises en charge. Des places ont ainsi pu être maintenues jusqu’au 30/06/11.

Lire la suite

Non à l’expulsion de notre camarade Sanan Ashrafi !

Le gouvernement suédois a décidé l’expulsion de notre camarade Sanan Ashrafi, militant communiste iranien, vers la République islamique. Un billet d’avion est déjà prévu pour l’expulser le 1 juillet 2011. Il est clair qu’une expulsion de Sanan Ashrafi vers l’Iran signifie l’envoyer vers la prison, les torture et une condamnation à mort.

Pour protester contre la menace d’expulsion de notre camarade, et demander l’annulation de cette expulsion, envoyez des messages à l’ambassade de Suède à Paris. Voilà un exemple de message-type :

Monsieur l’Ambassadeur, J’apprends qu’un militant politique oppositionnel iranien nommé Sanan Ashrafi doit être expulsé de Suède le 1er juillet. Son retour en Iran signerait sa mort certaine. Je demande à votre excellence de bien vouloir transmettre à votre gouvernement que des français comme moi sont horrifiés par cette nouvelle et je vous demande d’annuler cette expulsion. Recevez Monsieur l’Ambassadeur mes sincères salutations.

Lire la suite

Irak : Halte aux agressions contre les manifestantes !

Solidarité Irak, 25 juin 2011 :

Les femmes du monde entier condamnent l’attaque sur des manifestations pacifiques en Irak et appellent à mettre fin aux agressions sexuelles contre les manifestantes

Nous, militantes féministes du monde entier, nous soutenons nos sœurs et frères qui manifestent pacifiquement pour leurs droits élémentaires place Tahrir à Bagdad.

Ce matin, 10 juin, des manifestantes ont été violemment attaquées, victimes de brutalités sexuelles et de coups par des hommes qui, selon les témoins, sont arrivés en bus par centaines pour perturber la semaine de protestations. Les manifestantes ont subi des fractures, des coups de couteaux et des contusions. Plusieurs femmes ont été violemment battues ou ont subi des attouchements ; les attaquants armés ont tenté de les forcer à se déshabiller. Ces militantes, qui travaillent avec l’Organisation pour la liberté des femmes en Irak, ont expliqué que les attaquants étaient organisés et payés par les forces de sécurité du gouvernement qui emploient des hommes sans uniforme pour éviter de devoir rendre compte de leurs violences.

Lire la suite

Irak : 30% de hausse de salaires pour les travailleurs du pétrole

AFP, 23 juin 2011 :

Le gouvernement irakien a décidé jeudi d’augmenter de 30% les salaires des employés des terminaux pétroliers du sud du pays pour éviter un grève qui risquait de paralyser complètement les exportations de pétrole, principale source de revenus de ce pays.

Manifestation ouvrière à Bassora le 27 mai 2010

Le conseil des ministres a décidé d’accorder une augmentation de 30% du salaire de base des employés du terminal pétrolier de Bassora et de Khor al Aamaya, près de Fao, à l’extrême sud de l’Irak, a affirmé dans un communiqué le porte-parole du gouvernement Ali al-Dabbagh.

Lire la suite