Solidarité avec les 16 postiers des Hauts-de Seine !

Solidarité avec les 16 postiers des Hauts-de Seine

Rassemblement devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre (RER Nanterre Prefecture), 179-191, avenue Joliot-Curie, Nanterre, France, le 20 juin 2011.

– 8h30 : Rassemblement de soutien, prise de paroles, entrée des postiers et début du procès (tout le monde est invité à assister à l’audience, c’est aussi une marque de soutien !)

– 13h : Pause déjeuner. Prises de paroles avec les personnalités venues soutenir les postiers (Arlette Laguiller, Xavier Mathieu, etc.), conférence de presse, rassemblement avec concert de soutien.

Seize postiers des Hauts-de-Seine, dont Olivier Besancenot, tous représentants syndicaux locaux ou départementaux de la CGT et de SUD, passeront en tribunal correctionnel à Nanterre les 20 et 27 juin. Treize cadres de la direction de la poste des Hauts-de-Seine ont porté plainte contre eux pour une prétendue «séquestration».

Lors de la grève du printemps 2010 des bureaux d’Asnières, Châtillon, Clamart et Bois-Colombes, devant le refus de la direction de La Poste de négocier, les grévistes se sont à plusieurs reprises rendus sur le site même de la direction départementale, en cherchant à en rencontrer le directeur. Celui-ci s’est enfermé invariablement dans son bureau et n’a jamais participé personnellement aux négociations… Mais les grévistes, au lieu d’attendre passivement, ont à de nombreuses reprises démontré leur détermination à s’adresser à leurs collègues dans les bureaux de poste et à la direction malgré les dispositifs de sécurité (vigile, police, huissiers) mis en place pour interdire l’accès des bureaux de poste.

La Poste tente de maquiller en «séquestration» de cadres l’une de ces visites du site de la direction. Ainsi, elle cherche à faire passer une action syndicale… pour un délit. Elle cherche donc bien à faire le procès d’une grève, ou plutôt d’une manière de conduire les grèves. En effet, La Poste a connu une série de conflits locaux et départementaux qui ont sérieusement entravé l’application des réorganisations: en 2006 à Colombes, en 2006 et 2007 à Rueil, la grève départementale de 78 jours de 2009, le conflit de 66 jours de 2010, les 35 jours de grève à Levallois et Villeneuve-la-Garenne, nouvelle grève d’une semaine à Asnières en décembre 2010…

Depuis 2003, une tradition s’est installée dans le département: quand un bureau est en grève, il cherche à étendre la grève à d’autres, et les grévistes se réunissent (y compris à l’occasion des grèves nationales) en AG départementales. Cela permet de contrer les effets de l’atomisation des salariés dans des entités souvent petites et éclatées (33 centres de distribution, 100 bureaux guichets dans le seul 92…) et de développer des habitudes de solidarité entre collègues, entre services et entre bureaux. Toute une génération de jeunes salariés a fait l’apprentissage de la lutte et s’est assez massivement syndiquée dans le sillage de ces grèves. C’est bien cette tradition de lutte et l’équipe syndicale qui s’est formée ces dernières années que La Poste s’acharne à tenter de détruire, avec les cinq tentatives de licenciement de Gaël Quirante, les mises à pied de Bertrand Lucas et Yann Le Merrer, les poursuites disciplinaires à répétition contre les représentants locaux de SUD… Un acharnement pour l’instant tenu en échec.

Après le refus de licencier Gaël successivement par l’inspection du Travail et par le ministre du Travail, La Poste met de nouveau la barre très haut: les postiers en cause lors du procès risquent trois ans de prison et de lourdes amendes. Mais la direction prend aussi un risque: le constat d’huissier sur lequel elle s’appuie dans ses poursuites a été mis en cause, Xavier Bertrand lui-même a dû admettre que toute la procédure disciplinaire contre Gaël avait été menée en violation de ses droits. Il y a une chance que La Poste se prenne finalement le boomerang en pleine tête.

Mais pour cela, la mobilisation maximale est indispensable: rendez-vous le 20 juin à 8h30 et à 13 heures devant le tribunal de Nanterre !

Pour plus d’informations, participer à la solidarité financière, ect, voir le blog du Comité de soutien des Postiers du 92

Pour les travailleurs de la Poste, la fédération SUD-PTT a déposé un préavis de grève pour couvrir les salarié(e)s qui voudraient venir soutenir leurs collègues (voir sur le site de SUD PTT Rhône)

Une réponse à “Solidarité avec les 16 postiers des Hauts-de Seine !

  1. Pingback: Seize postiers, dont Olivier Besancenot, jugés à Nanterre | Solidarité Ouvrière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s