À Lille, l’école Viala défend ses assistants d’éducation

L’école de Wazemmes n’a pas fait cours mardi et sera en grève ce jour. Le directeur a laissé les parents manifester dans la cour.

Mardi matin, l’école de Mélissa avait quelque chose de changé. Grandes banderoles aux fenêtres, «École en solde », « Massacre de l’école ». Pas de cours non plus. Les professeurs étaient là, mais réunis dans la cour de récré avec une cinquantaine de parents d’élèves. …

La fillette, en CM1 à l’école Viala (quartier de Wazemmes) participait à sa manière à une manifestation. « On ne veut pas qu’ils partent », écrira-t-elle sur une feuille de papier distribuée par les parents… « Ils », ce sont les trois assistants d’éducation de l’école.

Un courrier signé de la rectrice Marie-Jeanne Philippe, adressé aux chefs d’établissement du premier degré de l’académie de Lille, indique un « redéploiement » de ces postes d’assistants vers le second degré à partir de septembre.

À Viala, la mesure touche François, Laetitia et Krisztina. Le premier s’occupe de la salle informatique, la deuxième des sous-groupes en classe, la troisième de la bibliothèque. Tous sont également mis à contribution lorsque les petits de l’école maternelle voisine, Camille-Desmoulin, visitent l’école pour préparer l’entrée au CP. « Ils font pleinement partie du projet pédagogique que le directeur a construit, c’est tout cela qui est remis en question », dénonce Natacha, une maman. « Ça va avoir un impact négatif sur la vie scolaire », s’inquiète une autre, tandis qu’entre les poussettes, les commentaires fusent : « Même ici, en réseau ambition réussite, à 20-25 par classe, ce n’est pas évident si le maître est tout seul », « C’est l’éducation qui recule », « Et comment ils vont accompagner ceux qui ont du mal à lire ? » L’école possède une classe de primo-arrivants.

Toutes les écoles concernées

« Les autres écoles doivent savoir ce qui se passe, elles aussi vont perdre leurs assistants d’éducation », prévient une enseignante. Les parents, dont le mouvement est organisé par la FCPE, dénoncent une « méthode vicieuse ». « Le courrier daté du 22 mars est envoyé au compte-gouttes aux directeurs, juste avant les grandes vacances, pour éviter tout mouvement », explique Natacha. Le directeur de Viala était lui-même prévenu il y a deux semaines. Pour ne pas voir faiblir la mobilisation et créer un mouvement de grogne important, comme à Marseille en avril, les enseignants de Viala et Camille-Desmoulin, suivis par autre école du quartier, Duruy, seront en grève aujourd’hui et se rendront au rectorat, à 15 h, pour manifester sous les fenêtres de la rectrice. Objectif : obtenir un rendez-vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s