Auxerre : Les salarié(e)s de Cora en lutte

L’Yonne Républicaine, 3 juin 2011 :

L’hypermarché Cora a de nouveau connu un mouvement social, mercredi, suite aux journées de grève des 14, 15 et 16 mai.

Dès 5 heures du matin, une vingtaine de salariés étaient en grève pour défendre leur pouvoir d’achat et leurs conditions de travail. « Nous profitons de la venue d’un directeur général pour relancer le mouvement », expliquait Cyril Laurant, délégué CFDT.

« Nos conditions de travail se dégradent »

Suite aux trois premières journées de grève, les négociations n’avaient abouti à aucun accord. Comme lors des négociations annuelles obligatoires, les grévistes avaient rejeté une proposition de hausse salariale de 1 %. « Les salariés verraient leur pouvoir d’achat baisser de 11 à 17 % », s’est insurgé Cyril Laurant.

Conscients que le chiffre d’affaire est en baisse, les salariés dénoncent des dépenses jugées injustifiées : « Le magasin vient d’investir dans un PC de sécurité flambant neuf ! On a même des caméras dans nos vestiaires? », s’énerve une salariée. « Nos conditions de travail se dégradent. On doit être polyvalents et gérer plusieurs postes pour un salaire unique », affirme un de ses collègues. Une situation qui rejaillirait aussi sur la clientèle, selon lui.

Mercredi, les grévistes ont demandé à être reçus par la direction. En vain. « Ce n’était tout simplement pas le bon moment », souligne Cyriaque Jourdhier, le directeur.

« Plus de 1% de hausse, c’est impossible »

L’intéressé assure pourtant que sa porte « reste ouverte » et qu’« on peut tout négocier ». Tout en assurant ne pouvoir satisfaire les revendications des grévistes, qui continuent de réclamer 100 ? par mois de plus pour tous. « Avec la très forte baisse du chiffre d’affaires depuis le début de l’année, augmenter les salaires de plus de 1 % serait impossible. » Cyriaque Jourdhier rappelle avoir proposé « de doubler la hausse salariale de l’an dernier (0,5 % en 2010) et d’accorder 2 % à ceux qui seraient rattrapés par le SMIC ». « À Cora, les salaires n’ont jamais cessé d’augmenter », conclut-il. « Les propositions sont ce qu’elles sont, mais elles ont le mérite d’exister. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s