Des milliers d’Egyptiens place Tahrir

Le Monde, 27 mai 2011 :

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées vendredi place Tahrir, au Caire, pour protester contre la lenteur des réformes après le changement de régime en février et la prise en main du pays par l’armée.

Cette manifestation, à l’appel notamment de mouvements de jeunes actifs sur Internet, réclame une « seconde révolution » et se veut une nouvelle « journée de la colère », en référence aux grandes manifestations qui ont provoqué la chute du président Hosni Moubarak. Les manifestants réclament « la fin de la corruption politique » et une nouvelle Constitution « maintenant, pas plus tard ».

« UN PROCÈS POUR MOUBARAK »

Des élections législatives, pour remplacer un Parlement actuellement dissous, sont prévues en septembre prochain, mais la suite de la séquence politique – nouvelle Constitution, élection présidentielle – est encore floue.

Les manifestants réclament le retour rapide à un pouvoir civil, le renvoi des responsables de l’ancien régime toujours présents dans de nombreux secteurs de l’administration et des actions en justice plus fermes contre ceux accusés de corruption et de violences. Ils demandent également davantage de garanties concernant des réformes démocratiques, alors que le pays est désormais dirigé par le Conseil suprême des forces armées, un collège de généraux.

A Charm El-Cheikh, sur la mer Rouge, des centaines de personnes ont défilé devant l’hôpital où M. Moubarak se trouve depuis la mi-avril pour demander son transférement en prison. « Nous voulons un procès public pour Moubarak et les voleurs », scandait la foule au Caire. Le président déchu et ses deux fils, Alaa et Gamal, doivent être jugés à une date non encore décidée. L’ancien président est placé en détention provisoire dans cet hôpital en attendant que son état de santé permette son transférement en prison.

DISTANCE DE L’ARMÉE

Les Frères musulmans, le mouvement le plus vaste et le mieux organisé d’Egypte, se sont en revanche désolidarisés de cette initiative, estimant qu’elle risquait de provoquer des tensions entre la population et l’armée, menaçant le processus de transition.

L’armée, pour sa part, a affirmé jeudi qu’elle se tiendrait à distance des manifestants dans le but d’éviter les accrochages. Elle a mis en garde sur sa page Facebook contre la présence « d’éléments suspects qui tenteraient de monter l’armée contre le peuple ». Les militants appellent également à des manifestations dans d’autres villes du pays.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s