Protestations ouvrières et répression en Grèce

Associated Press, 12 mai 2011 :

ATHÈNES, Grèce – Des manifestants furieux contre les graves blessures infligées mercredi à un manifestant lors d’une marche contre les mesures d’austérité du gouvernement ont affronté la police antiémeute, jeudi, dans le centre d’Athènes, lors du second jour de violences dans la capitale grecque.

De jeunes manifestants se sont servi de marteaux pour briser le marbre et le pavé des façades des immeubles et de la chaussée, lançant des débris et des bombes incendiaires aux policiers, qui ont répliqué par une volée de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes.

Les affrontements se sont poursuivis à travers les rues du centre d’Athènes, les manifestants mettant le feu à des conteneurs à déchets et l’un d’entre eux brûlant un drapeau grec.

Les violences ont éclaté lors d’une manifestation de quelque 5000 sympathisants de groupes de gauche et membres de syndicats, qui visait à dénoncer la brutalité policière alléguée contre un homme de 31 ans blessé lors de la manifestation de la veille contre les mesures d’austérité du gouvernement.

Les autorités grecques ont souvent été accusées d’avoir eu recours à des tactiques brutales contre des manifestants ou des immigrants.

La mort d’un adolescent tombé sous les balles de la police à Athènes en 2008 avait provoqué deux semaines d’émeutes qui ont endommagé des centaines de commerces.

«Le gouvernement porte l’entière responsabilité de cette attaque brutale et délibérée», a affirmé la coalition de gauche Synaspismos au sujet du manifestant blessé mercredi.

Le plus important syndicat du pays, le GSEE, a lui aussi diffusé un communiqué condamnant «les actes de violence policière et les blessures graves infligées aux manifestants» lors de la grève générale de mercredi.

Le gouvernement a exprimé ses regrets pour les blessures subies par le manifestant et a promis de mener une enquête complète.

Un porte-parole de la police, Athanassios Kokalakis, a reconnu que certains policiers avaient eu une «réaction exagérée», et a promis que ces agents seraient identifiés et que leur cas serait étudié.

Les affrontements de mercredi entre des anarchistes et des policiers sont survenus lors d’une marche pacifique de quelque 20 000 personnes qui manifestaient contre les douloureuses mesures d’austérité du gouvernement socialiste.

La Grèce est aux prises avec une grave crise économique depuis plus d’un an, et le pays a été sauvé de la faillite grâce à un plan de sauvetage international de 110 milliards d’euros en mai dernier. En échange, le gouvernement a imposé de strictes mesures d’austérité, notamment des coupes dans les salaires des fonctionnaires, le gel des pensions de retraite et une hausse des impôts.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s