Nîmes : Grève à Géant Casino

Midi Libre, 7 mai 2011 :

Des caddies qui barrent symboliquement les accès au bâtiment du centre commercial Cap Costières. Des dizaines de salariés qui font signer des pétitions aux clients. Des vigiles en nombre renforcé, des inconnus photographiant les grévistes et deux huissiers qui font les cent pas pour vérifier si le personnel en grève n’empêche pas les gens de pénétrer dans le centre commercial. Des coups de klaxon épisodiques, émanant de clients, retentissent aussi en soutien.

Du rarement vu aux entrées d’un fleuron nîmois de la grande distribution, toute la journée d’hier, contraint, du fait de la grève, de fermer son SAV, la billetterie, et qui n’a pas autorisé les clients à payer en argent liquide, toutes les caissières du service où sont traitées les liquidités étant grévistes.

Au total, 80 % du personnel présent était en grève hier. Pour permettre à l’hypermarché de fonctionner, les cadres en congés ont été rappelés et une vingtaine de caissières auraient été envoyées depuis Montpellier, une initiative que les grévistes qualifient de déloyale.

Ils demandent une revalorisation des salaires, jugés « indécents », et de leur prime d’intéressement annuelle, cette dernière ayant beaucoup baissé depuis 2004 (96 contre 480 ) pour un temps plein, alors que leur entreprise a augmenté cette année de 33 % le dividende qu’elle verse à ses actionnaires, disent-ils. Ils dénoncent également la baisse des effectifs (40 personnes de moins en quelques années), des conditions de travail de plus en plus dures et demandent que la hiérarchie fasse preuve de plus de respect vis-à-vis des employés, majoritairement des femmes.

La liste des griefs est longue : le non-remplacement des congés, la multiplication des arrêts maladie et leur non-remplacement, le non-renouvellement des CDD, le développement de la polyvalence, l’obligation de travailler le dimanche si le magasin reste ouvert…

Dans l’après-midi, les représentants des salariés ont été reçus par la direction. « Ils n’ont rien voulu céder sur rien », résume le délégué CGT. Le personnel a voté la reconduction de la grève pour aujourd’hui.

En fin de journée, des huissiers ont assigné en justice deux délégués syndicaux, leur reprochant d’empêcher les clients d’entrer dans le centre commercial. Une audience est prévue ce matin, à 10 heures, au tribunal de Nîmes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s