Archives quotidiennes : 04/05/2011

Un syndicaliste se suicide dans des locaux du ministère du Travail

Le Parisien, 4 mai 2011 :

Le drame est survenu mercredi matin. Selon nos informations, Luc Beal-Rainaldy, secrétaire national du syndicat SNUTEFE-FSU du ministère du Travail s’est suicidé dans des locaux de la Direction de l’administration générale et de la modernisation des services (DAGEMO). Les faits se sont déroulés dans locaux de sa permanence syndicale qui se trouve dans la tour Mirabeau, quai André Citroën dans le XVe arrondissement à Paris.

L’homme âgé d’une cinquantaine d’année, marié et père de deux enfants, s’est donné la mort en se jetant dans les escaliers depuis le cinquième étage. Le directeur de la DAGEMO a informé l’ensemble des organisations syndicales du drame. Quant aux causes de ce suicide, elles restent encore à déterminer.

Lire la suite

Publicités

Premier Mai en Israël

Lors des manifestations du 1er Mai en Israël, en particulier à Tel Aviv et à Nazareth,  ouvriers juifs et arabes, israéliens et immigrés, ont manifesté sous le drapeau rouge commun à tous les travailleurs et à toutes les travailleuses du monde.

Premier Mai à Tel Aviv :

Lire la suite

Premier Mai au Khuzestan

Révolution en Iran, 4 mai 2011 :

Selon un rapport des syndicats indépendants des ouvriers du Khuzestan, où se déroulent de nombreuses grèves dans la pétrochimie, les travailleurs ont manifesté dans plusieurs villes de la province à l’occasion du 1er Mai, journée internationale des travailleurs. Parmi les slogans des ouvriers « la grève est notre droit inaliénable ».

Des manifestations importantes ont eu lieu à Ahvaz, Andimeshk, Dezful, Shushtar, Masjed Soleiman, Mahshahr, et Bandar Imam.

Lire la suite

Des ouvriers portugais lassés d’être traités « comme des animaux »

La Provence, 4 mai 2011 :

Aix-en-Provence : Salariés d’un sous-traitant de GDF Suez, ils sont en grève sur un chantier.

Planté un piquet de grève sur leur chantier, avenue de Tübingen à Aix, comme nombre de leurs collègues, tous Portugais, et salariés de Procme, un peu partout en France. La société, qui est un mastodonte du bâtiment au Portugal, a une filiale française à Ramonville, près de Toulouse. Laquelle a pour donneurs d’ordre, entre autres, Gaz de France. C’est le renvoi de cinq ouvriers tous syndiqués à la CGT, qui aurait déclenché la mobilisation. La goutte d’eau qui fait déborder le vase des « humiliations ». Lassés d’être sous le joug, selon leur dire, d’une direction qui les traite comme « des animaux ». Sur les 180 salariés de l’entreprise, tous sont domiciliés au siège de la société à Ramonville.

Lire la suite

Carpentras : Quatre salariés de SFR menacés de licenciement

La Provence, 4 mai 2011 :

Le monde SFR n’est plus à eux. Quatre salariés de la boutique Espace SFR de l’avenue du Mont-Ventoux viennent d’apprendre leur mise à pied. Tous sont convoqués ce jeudi à un entretien, sans préalable à un licenciement « éventuellement pour faute grave » selon le courrier que leur a adressé leur direction et contre lequel ils se sont élevés, hier, à l’occasion d’une grève observée devant le magasin.

Mais qu’ont donc fait ces vendeurs pour mériter pareil sort ? Tous sont à l’origine d’un courrier adressé à leur directeur, un franchisé indépendant, dans lequel ils font état de dysfonctionnements au sein de la société NCT Carpentras pour laquelle ils travaillent: heures supplémentaires non rémunérées, tenues vestimentaires inadaptées, suppression des tickets restaurants, et installation de caméras vidéos et de micros, dans le magasin, mais aussi les réserves et les vestiaires! « C’est Big Brother, cette entreprise » dit l’un d’eux.

Lire la suite

Déclaration des ouvriers d’Iran pour le 1er Mai 2011

Révolution en Iran, 4 mai 2011 :

A l’occasion de la journée internationale des travailleurs le 1er Mai, sept organisations ouvrières iraniennes ont publié une déclaration dénonçant les les violations des droits les plus fondamentaux des travailleurs en Iran. « Alors qu’à travers le monde, les travailleurs lutteront avec joie et passion le 1er Mai et que les protestations de millions d’entre eux contre leurs conditions de vie secoueront le monde, les travailleurs iraniens ne sont pas seulement privés des droits sociaux d’établir leurs organisations et de manifester dans la rue, mais font en plus face aux attaques les plus violentes contre leurs vies et leurs conditions de vie », indique cette déclaration. La déclaration décrit brièvement la situation actuelle des ouvriers iraniens et met en avant les nombreux problèmes auxquels ils doivent faire face.

Ces sept organisations ouvrières sont le Syndicat des Travailleurs de la Compagnie de Bus de Téhéran et Banlieue, le Syndicat Libre d’Iran, le Comité pour Reconstruire le Syndicat des Travailleurs de la Peinture et de la Décoration, le Comité pour Reconstruire le Syndicat des Ouvriers de la Mécanique et de la Métallurgie, le Centre de Défense des Travailleurs, le Comité pour Poursuivre la Construction de Coalitions Ouvrières et le Comité de Coordination pour Aider à la Construction d’Organisations Ouvrières.

Déclaration :

 » La réponse à toute critique ou revendication des droits des travailleurs est l’arrestation et la prison ; le soi-disant plan de « subventions ciblées » qui a été lancé par les capitalistes au pouvoir avec l’aide des organisations capitalistes internationales continue à détruire les vies et les conditions d’existences de millions de familles ouvrières, et personne n’a le droit d’exprimer librement son opinion à ce sujet; avec la hausse vertigineuse des prix de l’énergie et les fermetures d’usines, des centaines et des milliers d’ouvriers rejoignent chaque jour les millions de chômeurs, et en même temps les lois sur l’assurance-chômage sont changées au détriment des travailleurs ; les hôpitaux et les centres médicaux collectent prélèvent des travailleurs et de nouveaux obstacles sont mis en place pour bénéficier de la retraite ; l’assurance des ouvriers de la construction est rendue inefficace par le labyrinthe des couloirs de bureaux ; et alors qu’ils ont pris des mesures qui vont augmenter le prix des denrées de base à un rythme alarmant, ils ont de façon insultante augmenter le salaire minimum des travailleurs de 9% ». (…)

Lire la suite

Bras-Panon : Les ASEM occupent la mairie

Clicanoo, 4 mai 2011 :

Bras-Panon (La Réuion) : Hier matin, une vingtaine d’Asem ont manifesté devant la mairie pour obtenir leur titularisation. Les grévistes ont occupé la mairie jusqu’à près de 19h pour réclamer une entrevue avec le maire, absent toute la journée.

« Nou lé pa plus, nou lé pa moins ! », clame Alain Mani, secrétaire général du syndicat Interco CFDT de la mairie de Bras-Panon. Hier, une vingtaine d’Asem (Agents Spécialisés des Ecoles Maternelles) ont manifesté devant la mairie pour réclamer leur titularisation.

Lire la suite