Nouveau suicide à France-Télécom : A bas le régime social qui engendre de pareilles horreurs !

Tract du 1 Mai de l’Initiative Communiste-Ouvrière :

Ce n’est pas au Kurdistan, ni en Tunisie ou en Algérie que ça s’est passé, mais à Mérignac, non loin de Bordeaux, en France. Ce n’était pas un chômeur, mais un salarié qui n’en pouvait plus de subir des conditions de travail de plus en plus insupportable. Le 26 avril, un employé de France-Télécom âgé de 57 ans s’est suicidé sur le parking de son lieu de travail en s’immolant par le feu. La violence de ce suicide est le reflet de la violence du management, de la dégradation des conditions de travail, des suppressions de postes et des pressions hiérarchiques. Le suicide par immolation par le feu est encore trop souvent l’échappatoire de jeunes femmes du Kurdistan et d’Afghanistan face à une vie faite de violences, de mariages forcés et d’oppression indescriptible. En décembre dernier, à Sidi Bouzid, c’est ainsi que Mohamed Bouazizi, un jeune chômeur a mis fin à ses jours après que les flics, en lui confisquant les quelques marchandises qu’il vendait pour survivre, lui ont retiré le pain de la bouche. Ensuite, c’est ainsi qu’en Algérie plusieurs jeunes condamnés au chômage et à la misère se sont tués. Et maintenant, c’est un salarié de France qui en se tuant par immolation par le feu montre à quel point la vie qu’on nous impose est devenue insupportable.

« Il n’y a pas de suicide, il n’y a que des meurtres » disait Elsa Triolet. Le suicide est toujours l’expression d’une souffrance, souffrance imposée par l’oppression machiste pour ces jeunes femmes du Kurdistan et d’Afghanistan, souffrance de la misère et du chômage pour ces jeunes de Tunisie et d’Algérie, souffrance de l’organisation actuelle du travail pour l’agent de France-Télécom, bref souffrances imposées par l’ordre actuel du monde, un ordre qui écrase chaque jour des millions et des millions d’êtres humains pour le profit d’une infime minorité. Et du Kurdistan à l’Aquitaine, en passant par le Maghreb, le suicide par immolation par le feu indique à quel point cette souffrance est intense.

La souffrance au travail et les suicides qui en sont la conséquence, ne sont malheureusement pas un phénomène nouveau. On estime, en France, que deux salariés se suicident chaque jour sur leur lieu de travail. France Télécom, EDF, l’ONF, Peugeot-Mulhouse, le technocentre de Renault et tant d’autres entreprises et secteurs d’activité, où l’intensification de la charge de travail, les pressions des chefs, les tentatives patronales de briser toute solidarité ouvrière, le stress, bref l’organisation actuelle de l’exploitation capitaliste, ont poussé tant de travailleuses et de travailleurs au suicide. Et malgré les discours des patrons pour faire croire que ces suicides n’avaient rien à voir avec les conditions de travail, cela apparaît tellement clair que même les tribunaux et la jurisprudence ont fini par reconnaître bien des suicides et tentatives de suicide comme des accidents de travail.

Voilà la réalité du monde du travail aujourd’hui. Alors que des millions de travailleuses et de travailleurs crèvent du chômage et des licenciements, sur les chantiers, dans les ateliers et les bureaux, on crève de la surcharge de travail, des cadences toujours plus infernales, et des pressions des chefs et de la hiérarchie. D’ailleurs, si tout indique cette intensification de la souffrance au travail, l’âge de la retraite a été repoussée, rendant la perspective même de la retraite de plus en plus virtuelle et inaccessible pour un nombre toujours plus grand de travailleurs salariés. Les profits augmentent, les grands actionnaires et grands bourgeois annoncent des fortunes mirobolantes, alors que les salaires ne suffisent plus à des millions d’ouvriers et d’employés pour boucler les fins de mois. Des milliers de postes sont supprimés, pour faire des économies, dans l’éducation, les hôpitaux et ailleurs, mais le gouvernement trouve sans problème de quoi financer ses campagnes militaires en Afghanistan, en Libye ou en Côte d’Ivoire. Et si l’humanité a connu, ces cent dernières années, de formidables progrès technologiques et scientifiques, la majorité du genre humain continue à vivre dans la plus noire des misères.

Voilà le monde d’aujourd’hui, un monde capitaliste qui, comme le disait Mansoor Hekmat, « est un monde à l’envers ». Nous ne sommes plus au Moyen-âge. Nous disposons très largement de quoi nourrir toute l’humanité, et pourtant des êtres humains souffrent de la faim. Nous avons les connaissances scientifiques et les moyens techniques pour offrir un système de soin qui pourrait éradiquer des maladies comme la tuberculose ou le choléra, offrir une éducation de qualité à chaque enfant, des logements décents avec l’eau potable et l’électricité à chaque être humain, améliorer les conditions de travail et réduire le temps de travail jusqu’à l’abolition du chômage, bref, tout est là pour offrir à chaque être humain de quoi vivre décemment, d’avoir une vie digne du XXIème siècle.

Rosa Luxembourg écrivait « D’ordinaire un cadavre est quelque chose de muet et de peu remarquable. Mais il en est qui crient plus fort que des trompettes et éclairent plus que des flambeaux. » Ce fut le cas à Sidi Bouzid, puis dans toute la Tunisie, où la population pauvre s’est reconnue dans les souffrances et la mort du jeune Mohamed Bouazizi, et passant de la tristesse à la colère, cette colère a fini par renverser la dictature de Ben Ali. Il devrait en être de même pour les corps de celles et ceux qui, au nord de la Méditerranée, se suicident au travail tant l’exploitation devient insupportable, et allant, comme ce travailleur de France-Télécom le 26 avril jusqu’à s’immoler par le feu. Ces morts sont une condamnation sans appel du régime actuel.

A bas l’infâme régime social qui engendre de pareilles horreurs !

Télécharger le tract en PDF

Une réponse à “Nouveau suicide à France-Télécom : A bas le régime social qui engendre de pareilles horreurs !

  1. Pingback: Au Nord, au Sud, à l’Est comme à l’Ouest de la Méditerranée : Vive la révolution ! | Solidarité Ouvrière

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s