Archives quotidiennes : 26/04/2011

France Télécom : un salarié s’est suicidé en s’immolant par le feu

AFP, 26 avril 2011 :

Un salarié de France Télécom-Orange âgé de 57 ans s’est suicidé mardi 26 avril au matin en s’immolant par le feu sur le parking de l’agence entreprise de Mérignac, près de Bordeaux, a annoncé la direction du groupe, qui s’est déclarée « bouleversée ».

« Les secours arrivés sur place n’ont pu que constater le décès de ce salarié âgé de 57 ans », a précisé la direction, ajoutant avoir monté une cellule psychologique, et annonçant le déplacement « immédiat » sur les lieux de la directrice exécutive d’Orange France Delphine Ernotte et du directeur des ressources humaines Bruno Metling.

Lire la suite

Les problèmes de la prostitution (Alexandra Kollontaï, 1909)

« L’acte d’amour, abaissé au degré de profession, que peut-il avoir de plus monstrueux ? (…) Rien ne dessèche autant l’âme que la vente forcée et l’achat de caresses étrangères. La prostitution éteint l’amour dans les cœurs. » (Alexandra Kollontaï)

Avec la publication, en avril, d’un rapport parlementaire sur la prostitution qui propose de s’inspirer de la législation suèdoise et de sanctionner les clients de la prostitution, on a vu toute une levée de boucliers pour défendre le « droit » de se prostituer et surtout celui des hommes à être clients. Zemour en a fait une chronique pour rappeler tous les grands noms de la littérature françaises qui étaient des clients… comme si cela pouvait être un argument. Mais Zemour, on le sait est réactionnaire et misogyne, rien de surprenant. Mais, ce qui est effarant c’est d’entendre, dans des milieux qui se réclament du « féminisme », parfois même du « marxisme » ou de « l’anarchisme », des gens qui dénoncent cette proposition de loi au nom de la « liberté de se prostituer » et surtout, de la « liberté » de consommer des prostitué(e)es. Aussi, après le « Manifeste de survivantes pour un monde sans prostitution« , il nous semble intéressant de publier ce texte d’Alexandra Kollontaï pour rappeler quelques principes communistes de base, en particulier que « La lutte contre la prostitution et les formes monstrueuses de la famille actuelle, en d’autres termes la lutte contre les institutions de classe du monde bourgeois contemporain, découle directement de la lutte générale du prolétariat et en constitue une partie  intégrante. »

Lire la suite

Le grand malaise des employés du nucléaire

Sud-Ouest, 26 avril 2011 :

Impératifs de rentabilité, charge de travail accrue, recours massif à la sous-traitance : la situation des salariés n’est pas favorable à une sûreté optimale des centrales françaises.

Immanquablement, la catastrophe nucléaire en cours au Japon a relancé le débat sur la sûreté des 58 réacteurs français. S’il a beaucoup été question de l’incidence des inondations ou des séismes, le facteur humain est lui aussi crucial pour garantir la fiabilité des installations atomiques. Survenu il y a exactement vingt-cinq ans, l’accident de Tchernobyl était entièrement imputable à une erreur humaine.

« La politique de maintenance constitue une ligne de défense essentielle pour prévenir l’apparition d’anomalies », se fait fort de rappeler l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans ses rapports annuels. Garantir la sûreté optimale des centrales suppose logiquement que les employés d’EDF travaillent dans de bonnes conditions. Or, ces dernières années, plusieurs suicides ou tentatives de suicide sont survenus dans les centrales.

Lire la suite

Saint-Florentin : L’usine Hubert-Willems occupée tout le week-end

L’Yonne Républicaine, 26 avril 2011 :

Ils ont passé leur week-end de Pâques à occuper à tour de rôle leur site de travail. Les ouvriers d’Hubert Willems restent mobilisés en attendant des garanties sur l’avenir de leur entreprise.

Unis. C’est ensemble que les ouvriers de l’entreprise Hubert-Willems ont passé leur week-end de Pâques, sur leur site de travail. Depuis mercredi, ils sont 23 à occuper à tour de rôle le site des Buissons, près de Saint-Florentin, pour que leur patron les rencontre et fasse le point avec eux sur l’avenir de leur entreprise ( voir nos précédentes édition s). Chacun le dit : « Tant que nous n’aurons pas de certitudes sur les finances de l’entreprise, nous resterons là. On veut savoir s’il existe des dettes chez les marchands de matériaux. »

Lire la suite