Une dizaine de mort par la répression en Syrie

Radio Canada, 22 avril 2011 :

Au moins dix personnes ont été tuées par les forces de sécurité en Syrie, selon des militants des droits de l’homme cités par des agences de presse.

Manifestation à Banias le 22 avril

La correspondante d’Al-Jazira à Damas a confirmé ce chiffre par des sources hospitalières.

Ainsi selon ces sources, au moins huit personnes ont été tuées dans la localité d’Ezreh, dans la province de Deraa. Une neuvième a été tuée à Hirak, également dans la province de Deraa.

Deux autres ont été tuées à Douma, à 15 km au nord de Damas, selon eux.

Mais un témoin contacté par Al-Jazira par téléphone a affirmé que huit personnes ont été tuées à Douma en donnant leurs noms à l’antenne. Il a également affirmé que des dizaines de personnes ont été blessées.

Ce témoin a raconté qu’une manifestation pacifique d’environ 40 000 personnes avait commencé à Douma juste après la prière du vendredi. Selon lui les forces de sécurité ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants.

Comme annoncé depuis quelques jours, des manifestations ont lieu dans plusieurs villes du pays.

Des dizaines de milliers de Syriens manifestent contre le régime du président Bachar al-Assad dans les rues de Deraa, dans le sud-ouest, de Qamishli et de Banias, dans le nord-est et de Homs, dans le centre.

Manifestation à Homs le 22 avril

Quelque 2000 opposants ont aussi manifesté pour la démocratie dans le quartier historique du Midan, à Damas, mais les forces syriennes ont dispersé le rassemblement à l’aide de gaz lacrymogène.

À Qamishli, près de la frontière turque, ils sont entre 5000 et 6000 Arabes, Kurdes et chrétiens assyriens à défiler dans les rues. Certains portent une banderole sur laquelle est inscrite « Arabes, Syriaques (NDLR : chrétiens) et Kurdes contre la corruption ».

Qamishli compte une grande population kurde, un groupe ethnique particulièrement réprimé sous le régime Baas au pouvoir depuis 1963.

À Deraa, la ville du sud où ont éclaté les premières manifestations en faveur de plus grandes libertés politiques, près de 10 000 manifestants se sont rassemblés sur la place al-Saraya, dans le centre de la ville, à la sortie des mosquées.

Certains portent des pancartes demandant l’annulation de l’article 8 de la constitution, qui consacre l’hégémonie du parti Baas. Des manifestants scandent des slogans appelant à la dissolution des services de renseignement.

Sécurité renforcée

Au lendemain de la levée de l’état d’urgence, qui permettait de museler l’opposition, de procéder à des arrestations arbitraires et de priver la population de presque toutes les libertés civiles, dont le droit de manifester, la sécurité avait été renforcée dans les grandes villes syriennes en prévision des manifestations devenues habituelles le vendredi.

Selon Amnistie internationale, au moins 200 personnes ont été tuées depuis le début de la contestation.

L’armée syrienne s’est déployée à Homs, un important centre économique du pays devenu un nouveau foyer de contestation. Des soldats et des policiers en civil ont patrouillé dans les rues dans la nuit de jeudi à vendredi. Des affrontements entre manifestants et forces de sécurité ont fait plusieurs morts dans cette ville lundi et mardi.

Dans la capitale, Damas, la police a mis en place des barrages routiers pour empêcher les manifestants des faubourgs de gagner le centre de la ville.

À Deraa, des unités de l’armée se sont rapprochées de la ville jeudi. Elles s’en étaient éloignées depuis deux jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s