Première manifestation à Alep

Radio Canada, 13 avril 2011 :

Pour la première fois, des centaines d’étudiants ont manifesté mercredi à Alep, sur le site de la plus grande université syrienne, pour réclamer plus de liberté et des réformes politiques.

Des hommes, les mains attachées, lors de leur arrestation dans le village de Baïda mardi 12 avril.

La deuxième ville du pays n’avait pas jusqu’à présent été gagnée par le mouvement de contestation contre le régime de Bachar Al-Assad.

Selon le Comité kurde pour les droits de l’homme, les étudiants, qui ont exprimé leur solidarité avec les victimes de Deraa et de Banyas, ont été dispersés par les forces de l’ordre. Quatre d’entre eux auraient été arrêtés.

La Ligue syrienne de défense des droits de l’homme a par ailleurs rapporté qu’une cinquantaine d’étudiants se sont rassemblés devant la faculté de droit de Damas en scandant des slogans pour la liberté.

« Les forces de l’ordre sont intervenues rapidement pour les disperser en les frappant avec des bâtons. Il y aurait des arrestations parmi les étudiants », a affirmé le président de l’organisation, Abdel-Karim Rihaoui.

Des Syriennes exigent la liberté pour les hommes arrêtés

Dans le nord-ouest de la Syrie, plus de 5000 femmes ont manifesté mercredi le long de la route côtière Tartous-Banyas, a affirmé l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme.

Selon son président, Rami Abdel Rahmanei, elles réclament la libération de 350 hommes qui ont été arrêtés la veille dans le village de Baïda et dans ville voisine de Banyas. Ce haut lieu de la contestation contre le président Bachar Al-Assad est encerclé par l’armée depuis les affrontements meurtriers de dimanche dernier.

Des militants des droits de la personne ont indiqué que les forces de l’ordre sont entrées dans les maisons de Baïda et ont arrêté tous les hommes âgés de moins de 60 ans.

« Une délégation de dirigeants syriens doit se rendre mercredi à Banyas pour écouter les demandes de ses habitants », affirme M. Rahmanei. Les résidents ne peuvent se procurer des denrées alimentaires en raison de la fermeture des commerces.

Depuis le début du soulèvement populaire en Syrie, le 15 mars, les forces de l’ordre ont réprimé les manifestations dans la violence, provoquant la mort d’une centaine de personnes, selon les militants des droits de l’homme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s