Archives quotidiennes : 12/04/2011

« Interdiction de la burqa » : Hypocrisie gouvernementale

Article publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière le 12 avril 2011 :

En tant que communistes, partisans de l’égalité et de la liberté inconditionnelles des femmes, nous sommes contre les niqabs, burqas, tchadors et autres prisons de tissus qui visent à enfermer les femmes et à les exclure de l’espace public. Tout(e) communiste, tout(e) militant(e) des droits des femmes et des droits humains, ne peut qu’être opposé(e) à ces symboles d’oppression, qui ne sont pas seulement la marque d’un obscurantisme religieux, mais avant tout la matérialisation de l’apartheid sexiste. Le niqab ou la burqa signifie que la femme ne peut que se montrer à ses propriétaires, père, frères, ou mari, et qu’en dehors de ce cercle restreint elle n’a pas le droit à l’existence, elle doit être cachée, masquée, niée.

Cela étant dit nous ne pouvons que dénoncer l’hypocrisie de la loi sur l’interdiction du niqab mise en application le lundi 11 avril. Notons que même des syndicats de flics ont fait savoir que cette loi n’était qu’un effet d’annonce démagogique, que cette loi serait inappliquée et inapplicable.

Lire la suite

Manifestation à Besançon contre les suppressions de postes dans l’éducation

Mardi 12 février, plusieurs centaines d’enseignant(e)s et de parents d’élèves ont manifesté dans les rues de Besançon pour dénoncer les suppressions de postes et de classes dans l’académie. Partie depuis la préfecture, où un important dispositif policier était présent, les manifestant(e)s ont défilé jusqu’à la place de la Révolution où une fête des écoles en lutte était organisée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lire la suite

Solidarité avec les ouvriers de Toyota Onnaing !

Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 12 avril 2011 :

Alors que des salarié(e)s de Carrefour aux ouvriers du bâtiment d’Eiffage, bien des travailleuses et des travailleurs débrayent, se mettent en grève et luttent pour des augmentations de salaires, que, de Lille à Marseille, dans le privé comme dans le public, avec des salaires qui stagnent alors que les prix et les profits des grands bourgeois augmentent, les fins de mois commencent de plus en plus tôt et que de plus en plus de travailleurs salariés n’arrivent plus à joindre les deux bouts, les travailleurs de Toyota Onnaing sont en grève depuis le 31 mars pour une prime de 1400 euros et un treizième mois pour tous les ouvriers de l’usine.

Une victoire des ouvriers de Toyota Onnaing serait un point d’appui et un message d’espoir pour toutes celles et tous ceux qui n’en peuvent plus des bas salaires qui ne permettent pas de vivre décemment. Cela montrerait que par la lutte et la solidarité ouvrière, les travailleuses et les travailleurs peuvent relever la tête et vaincre face aux patrons.

Lire la suite

Répression des manifestations au Swaziland

Le Parisien, 12 avril 2011 :

La police du Swaziland a réprimé dans la violence mardi une manifestation interdite contre le dernier monarque absolu d’Afrique Mswati III, frappant à coup de matraques le millier d’enseignants et d’étudiants qui avait osé sortir dans la rue.

Les policiers ont envahi les locaux d’un syndicat d’enseignants où s’étaient réfugiés les manifestants, refoulés avec des canons à eau et tirs de gaz lacrymogène, et ont frappé les protestataires avec des matraques, a rapporté une enseignante présente sur place.

Lire la suite

La Sentinelle : Les ouvriers d’Eiffage en grève

La Voix du Nord, 12 avril 2011 :

La Sentinelle (Hainaut, 59) : Depuis vendredi, 95% des ouvriers de l’entreprise Eiffage Construction, à La Sentinelle, sont en grève, selon le syndicat CGT. Dans le carnet des revendications figurent deux éléments.

Tous protestent contre l’éventuelle suppression des camionnettes qui transportent les ouvriers sur les chantiers. « La direction veut que nous utilisions nos véhicules personnels, proteste un représentant de la CGT. Mais nous avons ici un quart des ouvriers qui sont de jeune salariés. Il n’ont pas le permis de conduire ». Pour lui, cette décision ne serait qu’une excuse des dirigeants pour « se débarrasser d’une partie du personnel ».

Lire la suite

Algérie: manifestation d’étudiants à Alger

AFP 12/04/2011 :

Entre 2.000 et 3.000 étudiants, selon des journalistes sur place, ont défilé aujourd’hui dans les rues d’Alger où les manifestations de rue sont interdites.

Les étudiants manifestaient notamment contre un nouveau système de délivrance des diplômes et le mauvais fonctionnement de l’université. Rassemblés à la Grande poste, ils ont forcé plusieurs cordons de policiers déployés dans le centre de la capitale dès les premières heures de la matinée.

Venus de plusieurs wilayas du pays (départements), ils n’ont pas réussi à atteindre le palais du gouvernement où se trouve le premier ministre, toutes les ruelles y conduisant ayant été bloquées par un impressionnant dispositif policier. Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la présidence de la République sur les hauteurs d’Alger mais ils ont été bloqués à mi-chemin par la police.

Lire la suite

Yémen: Les ouvriers du bâtiment se joignent aux manifestants

IRIN, 12 avril 2011 :

Sanaa : Faris Ubad, 34 ans, fait partie des centaines de journaliers qui se lèvent aux aurores pour se rendre – avec leur pelle, leur marteau ou d’autres outils – au carrefour de Dar Salm dans la partie sud de Sanaa, dans l’espoir d’obtenir une journée de travail des entrepreneurs qui y passent pour y recruter de la main d’œuvre.

Mais beaucoup attendent toute la journée en vain : Depuis le début des troubles politiques il y a quelques semaines, le secteur du bâtiment est quasiment au point mort.

« Cela fait plus de 35 jours que je n’ai plus de travail du tout… J’ai été obligé de vendre notre téléviseur la semaine dernière pour pouvoir nourrir ma femme et mes quatre enfants, a dit à IRIN Ubad, qui travaillait auparavant comme aide-maçon.

Lire la suite

Une centaine de salariés en grève chez un maraîcher à Machecoul

Ouest France, 12 avril 2011 :

Une centaine de salariés ont débrayé ce matin chez l’un des plus gros maraîchers du Pays de Retz, à la Haute-Pommeraie. Ils réclament une augmentation de salaire de 4 %. Le patron veut bien leur accorder 1 %. C’est la première fois qu’un mouvement de grève se produit dans cette exploitation. L’exploitant avoue être inquiet pour la cueillette du muguet, qui doit commencer demain, une semaine en avance à cause de sa précocité cette année. Les salariés permanents viennent en effet prêter main-forte aux saisonniers.

Condamnez la nouvelle vague d’attaques anti-syndicales à Bahreïn

Appel de l’Internationale des Travailleurs du Bâtiment et du Bois, 12 avril 2011. Des messages de protestation peuvent être envoyés aux autorités de Bahreïn depuis cette adresse.

Les travailleurs de l’Internationale du bâtiment et du bois sont consternés par la récente vague d’attaques délibérées contre la Fédération générale des syndicats de Bahreïn (GFBTU), un affilié de l’IBB. Le gouvernement a fermé le siège GFBTU et a fortement contraint les employeurs à licencier les dirigeants et les travailleurs GFBTU du commerce qui avaient participé à la grève générale lancée par la GFBTU du 13 au 22 Mars, 2011. La grève générale a été la réponse de la GFBTU à l’imposition de la loi martiale par le gouvernement de Bahreïn, aux violentes attaques contre des manifestants pacifiques, et à l’arrivée de plus de 1.000 forces de sécurité saoudienne. AGISSEZ en signant notre campagne en ligne.

«Nous sommes très consternés et indignés par les actions des autorités du Royaume de Bahreïn dans le déclenchement d’une campagne systématique visant à porter atteinte aux droits syndicaux à Bahreïn et en fait à détruire le GFBTU», a déclaré Ambet Yuson, Secrétaire général de l’IBB. Il a poursuivi: « La GFBTU est reconnue par la communauté internationale pour son engagement sincère dans le plaidoyer pour les droits de tous les travailleurs y compris les travailleurs migrants à Bahreïn et dans l’ensemble de la Région du Golfe. D’autre part, les autorités de Bahreïn seront désormais connues par la communauté internationale comme répresseur des droits syndicaux et de la démocratie politique vues ses actions récentes et ses violentes précédentes mesures contre des manifestants pacifiques à Bahreïn.  »

Lire la suite

Gabon: les enseignants du secteur public entrent en grève

AFP, 11 avril 2011 :

Les enseignants du secteur public au Gabon ont entamé lundi une grève pour réclamer notamment les salaires “suspendus” de neuf leaders syndicaux, a appris l’AFP auprès d’un responsable syndical.

“La grève a bien débuté ce matin (lundi)”, a déclaré Simon Ndong Edzo, modérateur de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), groupement de neuf syndicats ayant appelé à la grève.

Louis Patrick Mombo, rapporteur général adjoint de la Conasysed a confirmé qu’une grève d’”une semaine reconductible (et qui) pourrait devenir illimitée” avait été lancée.

Lire la suite