Constantine : Quand l’UGTA fait le jeu des patrons

La Nouvelle République, 10 avril 2011 :

La direction de la société Pizzaroti, chargée de la réalisation de la ligne du tramway de Constantine, a accepté d’ouvrir le dialogue avec les travailleurs qui ont déclenché une grève qui a duré 13 jours.

La direction de la société Pizzaroti, chargée de la réalisation de la ligne du tramway de Constantine, a accepté d’ouvrir le dialogue avec les travailleurs qui ont déclenché une grève qui a duré 13 jours. Malheureusement, ce dialogue risque de ne pas aboutir du fait qu’il n’y a plus de syndicalistes représentatifs après que l’UGTA s’en est mêlée. En effet, l’union des travailleurs applique à la lettre la décision du tribunal qui avait considéré illégale la grève.

De fait, le secrétaire général du syndicat et un membre actif sont définitivement rayés des contrôles, car ils sont considérés coupables d’avoir accepté une grève illégale ayant entraîné une sanction décidée par l’employeur, soit le non-paiement des 13 jours d’inactivité. Pourtant, cet employeur qui avait commencé par ignorer totalement le mouvement revendicatif a fini par accepter d’ouvrir le dialogue, promettant de répondre favorablement à plusieurs points soulevés par les travailleurs.

Le voilà maintenant en droit de se désengager en saisissant la perche que vient de lui tendre l’UGTA qui devient, par ricochets, défenseur de l’employeur au détriment des travailleurs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s