Actions de protestation des travailleurs de Sonelgaz

El Watan, 5 avril 2011 :

Les travailleurs des directions de la SDE de 16 wilayas et ceux du siège de la direction régionale à Constantine ont observé, hier, un mouvement de grève au niveau de leurs différentes structures.

La protestation qui a paralysé les SDE de l’est du pays, où le taux de suivi a été de 100%, a été portée par plus de 6000 travailleurs toutes catégories confondues, nous diront certains d’entre eux. A Constantine, deux revendications, désignées par les contestataires comme étant principales, ont été affichées au siège de la direction régionale Est. Ainsi, les protestataires exigent en premier lieu la dissolution sous huitaine du syndicat actuel qui, depuis 2006, n’a cessé d’être reconduit, et son remplacement par une nouvelle structure syndicale librement élue. Le deuxième point soulevé par l’ensemble des travailleurs concerne la dissolution du comité de participation (CP) et l’élection dans les plus brefs délais de nouveaux membres.

En outre, les protestataires promettent le durcissement de leur mouvement et, dans le cas où leurs revendications ne sont prises en charge dans la semaine qui suit, ils iront vers un débrayage général de trois jours à partir du 12 avril. A l’expiration donc de l’ultimatum fixé par les travailleurs de la SDE, la réaction de ces derniers, si rien n’est fait, est d’aller vers un débrayage ouvert jusqu’à satisfaction totale d’une plateforme de 18 points qu’ils ont déjà établie. Augmentation du salaire unique avec effet rétroactif depuis 2001, promotions et indemnités, réduction de l’IRG, droit aux primes… sont au cœur des revendications des travailleurs. A Souk Ahras, un arrêt de travail de deux heures a été enregistré en signe de protestation contre la dégradation des conditions socioprofessionnelles.

Les revendications des travailleurs sont, entre autres, la révision à la hausse des salaires et l’alignement de leur grille salariale sur celle de Sonatrach, la mise en application de certaines indemnités revendiquées depuis des décennies et la restructuration des instances syndicales à l’échelle nationale. A Jijel, des dizaines de travailleurs se sont massés sur le trottoir près du siège de la SDE. La même situation a été observée au niveau des autres agences et à la centrale thermoélectrique d’El Achouat, dans la commune de Taher. A Mila, plus d’une centaine de salariés ont protesté pour revendiquer l’augmentation des salaires, la mise en œuvre de la promotion au profit des techniciens et agents de maîtrise et l’octroi des indemnités et primes non appliquées par l’entreprise.
A Biskra, ce sont 460 travailleurs répartis entre le siège de l’administration et les agences de Tolga, Sidi Okba et Ouled Djellal qui ont observé un arrêt de travail de 4 heures. Les protestataires ont annoncé le retrait de confiance à l’actuel syndicat UGTA de leur entreprise. Il en a été de même à El Oued.

A Boumerdès, des centaines d’agents exerçant au niveau de diverses agences Sonelgaz ont observé hier une journée de protestation pour faire valoir leurs revendications socioprofessionnelles.

A Béjaïa, les travailleurs ont observé une journée de protestation, faisant écho à un appel qui circule sur internet depuis une vingtaine de jours. Sans aucun préavis, «la grève a été une réussite éclatante», se félicitent des grévistes. Une plateforme de revendications de 34 points a été élaborée, en dehors du cadre syndical traditionnel qu’est l’UGTA où émarge la fédération nationale des travailleurs du secteur, dont on demande tout simplement la dissolution.

Le mouvement – qui a été suivi notamment par la totalité des travailleurs de plusieurs directions de distribution qui totalisent l’essentiel des effectifs de Sonelgaz et aussi dans des directions de production – revendique aussi la dissolution du comité de participation. «L’UGTA n’a pas su écouter les travailleurs. Il y a un ras-le-bol qui s’exprime par ce mouvement de protestation», explique un représentant des 700 grévistes mobilisés au niveau de la direction distribution de Béjaïa, qui dépend de Sonelgaz distribution Est (SDE).

5 réponses à “Actions de protestation des travailleurs de Sonelgaz

  1. Nous vous proposons M.Boutarfa d’y aller vous-même à Sonatrach, c’est moins encombrant pour cette entreprise et c’est un cadeau que vous allez nous faire. En fait, MR le Pdg. vous n’avez pas froid aux yeux d’écraser l’encadrement? Colonne vertébrale d’une entreprise qui se veut viable, Alors vous ne faites que distribuer des promotions et des primes à la population analphabète de l’entreprise, D’ailleurs, il n’y en a plus, vous les avez fait tous glissé en Maîtrise et même haute maîtrise. Pour ce qui est de nous les cadres, Vous nous donnez juste une petite prime de responsabilité dont la valeur, ne peut même pas nous payer un paquet de cigarettes ou une boite de vitamines pour réduire un tant soit peu le stress que produisent les conditions désastreuses de travail dans lesquelles vous nous avez mis et nous nous forçons de maintenir un bon fonctionnement dans nos unités. D’ailleurs, même lors de la révision des indemnités de Janvier 2010, celle-ci est la seule à ne pas avoir été touchée, et cela illustre si bien l’absence d’intérêt de M.BOUTARFA envers les compétences et les vrais acteurs de la bonne marche de l’entreprise, M.Boutarfa ne s’occupe que des revendications de M. TELLI, de ses 36 frères et de leurs 3000 électeurs (les agents d’exécution et les maîtrises issues de l’exécution. MES COLLEGUES! REVEILLEZ-VOUS, notre Dirigeant M Boutarfa, est en train de massacrer l’entreprise en marginalisant ses forces vives : ses vrais travailleurs ceux qui la font fonctionner ( Cadres et ses techniciens et gestionnaires)? ORGANISONS-NOUS pour faire entendre notre voix. Même s’il décide d’une augmentation de salaire, elle ne sera relativement conséquente que pour les agents d’exécution (prime de quart, nuisances, heures supplémentaires et intéressement, il faut s’attendre à ce que M.Boutarfa décide sur le nivellement et le terrassement définitifs de la minuscule différence salariale qui persistait à ce jour entre le cadre et l’exécution, Alors c’est Boutarfa décide : Article 1: il est décidé suite à la proposition de M.Telli et de ses 36 frères l’attribution aux manœuvres d’un intéressement du même montant que celui à attribuer à leurs chefs de services et leurs Directeurs. Nous n’avons rien contre les manœuvres. Mais ce n’est pas de cette manière que l’entreprise sera équitable.

    J’aime

  2. Le communiqué du 07/04/2011 était vide de sens et une fuite en avant. Pour preuve M.Boutarfa est incapable d’écoute du ras le bol du collectif.
    A titre illustratif: Il parle des restructurations qui ont d’après lui permis un déroulement de carrières aux cadres , mais de quels cadres vous parlez?
    De cadres qui sont mis sur des postes supérieurs et cadres dirigeants? Ce sont en majorité des cadres ayant un parrain soit à l’UGTA (M.Telli, Djakani …) soit dans votre entourage immédiat les gens influents. Et vous osez utilisé le mots ‘meilleurs’ cadres. Vous voulez cachez la brillance lumière du soleil que tout le monde voit sauf vous M.boutarfa.
    La majorité écrasante des cadres que vous avez mis dans le cadre des appels à candidatures sur les postes de responsabilité sont loin d’être les meilleurs à Sonelgaz, aussi ils sont loin d’être les plus expérimentés.
    La preuve, les compétences techniques et managériales à SPE sont au niveau des centrales où l’on trouve de réelles compétences qui veillent au bon fonctionnement des machines. Mais que vous avez marginalisé M.Boutarfa.
    M.Boutarfa, vous parlez du respect de la loi? mais c’est vous qui l’a Bafoue pour priver les agents de SPE, le décret relatif au désistement sur les logements en est l’exemple (vous avez donné des désistements à l’ensemble des gents occupant des logements de fonction, même situés dans l’enceinte des installations) mais pour les agents de SPE c’est la privation.
    L’organigramme désastreux de SPE en est l’autre preuve etc.

    J’aime

  3. M.BOUTARFA, le syndicat avec lequel vous négociez ne nous a jamais représenté pour qu’il nous représente aujourd’hui, parce qu’il a de tout temps représenté ses propres intérêts ainsi que ceux de quelques électeurs brebis galeuses du groupe exécution et petite maîtrise. Donc les revendications qu’il vous déposera sur la table des négociations sont connues d’avance ( la prime de responsabilité sera omis comme en 2010, la prime variable que vous avez supprimé sera de même absente dans leur plateforme), il n’y aura que des révisions des primes et indemnités que touchent leurs électeurs (ceux-ci qui ont du temps pour tout ; au degré de cumuler des activités ; travailleurs un jour, fraudeurs le lendemain, marchants de légumes le surlendemain moyennant des congés, des cp et des maladies et quand ils sont présents, ce n’est pas pour travailler ou donner un plus, non c’est juste pour distraire ou brouiller leurs collègues ou faire des réclamations et requêtes en jouant la victime).
    Pourtant , m. Boutarfa , il y a une autre catégorie de travailleurs qui est grâce à son dévouement et ses sacrifices, les missions confiées sont accomplisses, la qualité du service maintenue aux clients, les comptes sont rendus aux directions générales , les tableaux de bord et budgets sont élaborés les bilans sont réalisés les écarts sont analysés. Qui sont ces gens-là ? ce sont ceux qui ne connaissent pas de répit ni de repos au travail, ceux qui n’ont ni le temps ni les moyens financiers pour aller en vacance, ce sont ceux que l’on interpelle si les choses ne vont pas bien, ce sont ceux que l’on utilise comme boucs émissaires s’il y a dysfonctionnement etc.
    CE SONT LES CADRES DES UNITES, CE SONT LES PETITS CHEFS DE STRUCTURES, CE SONT LES OUBLIES DE SONELGAZ . Le plus chanceux d’entre eux, a bénéficié d’un avancement d’une classe au bout d’une quinzaine d’années de sacrifice ;
    MONSIEUR BOUTARFA, IL Y A DEUX SONELGAZ :
    La 1ere c’est celle du syndicat, de ses délégués et de leurs électeurs.Ceux-ci dès qu’ils atteignent le minimum de stationnement en l’occurrence 2 années dans la catégorie , s’ils ne sont pas retenus, ils commencent à crier la hogra, le piston, à adresser des requêtes, à harceler la ligne hiérarchique, à jouer la victime lors des assemblées générales de leur syndicat).
    Et la 2eme sonelgaz ; c’est celle de la haute-maîtrise, des universitaires et des petits chefs de structures auxquels on demande beaucoup ? mais quand, il s’agit des avantages salariaux et déroulement de carrière, ils sont complétement oubliés. Lles rares cadres ayant connues des ascensions de carrières est dùe : 1. Soit à la restructuration (celle-ci n’a pas fait bénéficié tous les cadres des filiales c’est le cas de SPE). Soit au piston et parrainage d’un cadre dirigeant ou d’un syndicaliste influent).
    Nous, nous n’accusons pas les vautours et irresponsables syndicaux de ne pas nous avoir défendus, parce qu’ils n’ont pas pour vocation de le faire, au contraire, ils agissent en sens inverse jusqu’à ce que l’on est arrivé à la situation actuelle qui pathogène à l’entreprise : Le salaire d’un subordonné est le même que celui de son responsable hiérarchique et parfois même supérieur. Cela n’existe qu’à sonelgaz.
    Qui est alors responsable de cette situation inédite dans les annales de l’entreprise ? C’est vous M. Le PDG ainsi que vos conseillers collaborateurs.
    Aujourd’hui, le vase a débordé, nous comptons user de tous les moyens pour faire entendre notre souffrance, et nous interpelons M. LE MINISTRE DE L’ENERGIE POUR QU’IL PRENNE DES MESURES APPROPRIES A NOTRE EGARD.
    VIVE L’ALGERIE, POUR LA PROMOTION DES VRAIS VALEURS DU TRVAIL ET DU DEVELOPPEMENT,
    TOUS ENSEMBLE NOUS COMBATTONS LE VICE, LES DETOURNEMENTS, LES ABUS DE POUVOIR ET LES INJUSTICES A LA SONELGAZ.

    J’aime

  4. heureusement qu’il ya des gents comme vous qui revendiquent et écrivent , seulement ils sont rares, je vous invite à voir du coté SONELGAZ BLIDA, la populations cadres est trop minable…………donc si quelqu’un revendique le minimum on le tient à l’écart, j’espere que cette situation ne dura pas eternellement à blida.

    J’aime

    • Achille.sonelgaz

      chère katia !
      je crois que vous avez fait une erreur de jugement sur les cadres de SDC regarde autour de toi j’ai vu pas mal de DD qui sont sorties en protestation j’en connais qlq cadres qu’y travaillent car g t un ex cadre de SDC bein si à blida personne ne s’est manifesté bein c votre problèmes à vous tous faut revoir le coté coordination chez vous et oui ma chère c t1 question de personnalité c pour cela que g pas voulu reste à SDC

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s