Archives quotidiennes : 03/04/2011

Nouvelle manifestation à Douma, dans la banlieue de Damas

Reuters, 3 avril 2011 :

Plusieurs centaines de Syriens scandant « Liberté! » se sont rassemblés samedi soir à Douma, dans la banlieue de Damas, pour accueillir les manifestants blessés la veille dans des heurts avec les forces de l’ordre, rapporte un témoin.

Affrontements entre population et forces de répression, Douma 2 avril

Une cinquantaine de blessés à bord de voitures de police banalisées sont arrivés place de la Municipalité, où cinq personnes ont été tuées vendredi lorsque les services de sécurité ont ouvert le feu sur des militants réformistes, selon le bilan des mouvements de défense des droits de l’homme.

Des agents de la police secrète ont en outre donné les noms de 25 blessés graves toujours hospitalisés et ont promis de rendre les corps des tués à leur famille avant la prière de midi, selon le même témoin.

Lire la suite

Publicités

Go Sport Clergy : Les salariées ne se laissent plus faire !

Le Parisien, 3 avril 2011 :

Clergy (Val d’Oise) : Trois employées se sont mises en grève hier, dans le magasin d’équipements de sports et loisirs Go Sport, au centre commercial des 3-Fontaines à Cergy. C’est aux slogans de « respect des femmes enceintes » et « stop au racisme » qu’une dizaine de syndicalistes ont prêté main-forte aux grévistes, qui réclament également 100 € d’augmentation.

« Il n’y a pas de harcèlement avéré », indique-t-on à la direction nationale de Go Sport, tout en signalant que « la dégradation du climat du magasin » a conduit le directeur précédent à quitter la société, voici un mois!

« Les travailleurs de Côte d’Ivoire n’ont rien à gagner mais tout à perdre dans ce conflit »

Alors que les nouvelles sur des massacres se multiplient, que la Côte d’Ivoire sombre dans le chaos de la guerre civile, nous publions le communiqué qui avait été publié début janvier par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

En ce début d’année 2011, la population de Côte d’Ivoire vit dans la crainte que le conflit entre Gbagbo et Ouattara, les deux candidats à la présidentielle qui se considèrent présidents, ne fasse plonger le pays dans un nouveau bain de sang. D’un tel bain de sang, nous savons déjà qui seront les perdant : les ouvriers, les chômeurs, les paysans et plus largement les classes populaires de Côte d’Ivoire, qui serviront de chairs à canon dans ce conflit, tomberont victimes de pogroms anti-immigrés au nom de l’idéologie raciste de « l’ivoirité » ou autres divisions ethniques et religieuses dont se servent les dirigeants pour diviser la population et la classe ouvrière et mieux asseoir leur pouvoir. Nous savons aussi, que le président soit Gbagbo ou Ouattara, qui seront les véritables vainqueurs de ce conflit : les trusts français comme Bolloré, Total, Bouygues, BNP Paris Bas, France Télécom et autres entreprises françaises qui sont les véritables maîtres de ce pays.

Lire la suite

Plus de 800 exécutions à Duékoué depuis novembre

Dépêche AFP, 2 avril 2011 :

« Plus de 800 personnes ont été exécutées » dans la ville de Duékoué, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, depuis le second tour de l’élection présidentielle dans ce pays en novembre, affirme samedi la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH).

« La FIDH confirme l’existence de massacres dans la ville de Duékoué, à l’ouest du pays, où depuis le second tour de l’élection présidentielle plus de 800 personnes ont été exécutées. Des témoignages confirment des exécutions ciblées d’individus, notamment d’éthnie Guéré, le 29 mars 2011 dans le quartier Carrefour », dit l’organisation dans un communiqué.

Lire la suite

Sétif : Les travailleurs de la commune en grève depuis lundi

Liberté, 3 avril 2011 :

Les 5 000 travailleurs qui sont, plus que jamais, décidés à aller jusqu’au bout de leurs revendications, soit jusqu’à ce qu’une solution définitive à leurs problèmes soit trouvée, ont aussi demandé l’annulation de la loi qui oblige les contractuels à démissionner de leur poste avant de prendre part à tout concours de recrutement.

Pas moins de 5 000 travailleurs de la commune de Sétif sont depuis lundi dernier en grève. La situation est telle que les ordures ne sont plus ramassés et la cité croule aujourd’hui sous les ordures.

En effet, après le sit-in tenu devant le siège de l’hôtel de ville du chef-lieu de wilaya et devant le mutisme des responsables locaux, les éboueurs et fonctionnaires de la commune de Sétif ont décidé de hausser le ton en prolongeant leur mouvement de protestation. Cette grève illimitée s’est répercutée sur la vie quotidienne des Sétifiens qui dénoncent le fait de ne pas prendre en charge les doléances et revendications des travailleurs de la commune.

Lire la suite

Nouvelle semaine de contestation en Algérie

El Watan, 3 avril 2011 :

Les étudiants ne décolèrent toujours pas. Les médecins résidents lancent un défi à Ould Abbès. Les gardes communaux menacent d’«encercler» la Présidence. Les paramédicaux reprennent leur grève.

La contestation sociale, qui persiste depuis plusieurs semaines, ne cesse de s’amplifier et de s’accentuer. Aucun secteur n’est désormais épargné. Le travail de la majorité des ministères de la République est remis en cause. La quasi-totalité des ministères du gouvernement Ouyahia ont perdu leur crédibilité.Et c’est loin d’être fini pour les quelques départements qui ont fait des concessions pour les protestataires. C’est le cas de ceux de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de la Santé, de l’Intérieur et des Collectivités locales. Cette situation d’agitation ne profite qu’aux organisations syndicales, notamment autonomes, qui s’adonnent à des démonstrations de force. Ces mouvements de contestation ont donné la preuve aux Algériens que la lutte, la résistance et la persévérance dans la défense de leurs droits suffisent pour faire plier le pouvoir.

Lire la suite

Estillac : Grève à l’APAVE

La Dépêche, 3 avril 2011 :

Estillac (Lot-et-Garonne) : Vendredi, les 32 employés de l’établissement APAVE situé sur la commune d’Estillac ont observé une journée de grève. L’APAVE (Association des Propriétaires d’Appareils à Vapeur et Électrique) qui était une association loi 1901 jusqu’au 28 février dernier, et qui depuis cette date s’est transformée en SAS, revendiquaient en ce jour pour demander une hausse significative de leur pouvoir d’achat. Mais aussi et une hausse des effectifs de la (désormais) société.

En effet comme le confiait un délégué du personnel, « la production est passée à plus 11,38 %, les charges salariales à plus 1,72 %, et les effectifs sont dans le même temps passé à moins 8,08 %. De plus nous réclamons également une hausse significative des salaires car nous constatons hélas une forte baisse de notre pouvoir d’achat ».

Lire la suite