Le Parti communiste japonais dénonce la minimisation de la catastrophe

Traduction à partir des articles d’Akahata, quotidien du PC Japonais, publié par « Les communites » (Suisse), 22 mars 2011 :

Le Parti communiste japonais dénonce la minimisation de la catastrophe par le gouvernement et réclame une commission indépendante des promoteurs du nucléaire

Lors d’une rencontre au sommet entre le gouvernement et l’opposition le 12 mars à la résidence officielle du premier ministre à la suite de la Catastrophe du grand-est Japonais, le président du Parti communiste japonais Shii Kazuo a demandé que le premier ministre donne la priorité absolue aux opérations de secours avant tout autre chose et que le gouvernement fasse tout ce qu’il avait à faire en ce sens. Shii a déclaré que le PCJ coopérera dans des actions de secours et sauvetage.

Concernant l’explosion à la centrale nucléaire Fukushima-1, il a déclaré : « Nous sommes extrêmement préoccupés par la situation. Nous espérons que le gouvernement prendra toutes les mesures possibles pour empêcher les matières radioactives de se répandre ».

Il a également proposé que le gouvernement distribue immédiatement des comprimés d’iode aux résidents des zones sinistrées pour empêcher la radioactivité d’entrer dans la glande thyroïde. Le premier ministre Kan a déclaré que le gouvernement, en coopération avec l’administration préfectorale de Fukushima, travaillait pour livrer la préparation iodée aux résidents.

D’après le président du PC, « Le gouvernement minimise les dégâts causés par l’accident à la centrale nucléaire »

Sur l’explosion qui a eu lieu vers 15h30, le 12 mars, à la centrale nucléaire de Fukushima-1, le président du Parti communiste japonais a fait les commentaires suivantes : « Le premier ministre et le chef de cabinet devraient se rendre compte de la gravité de la situation, et prendre tout de suite les mesures nécessaires à la protection des vies humaines ».

Interrogé par les journalistes pour faire un commentaire sur la réaction gouvernementale par rapport à l’accident, Shii a affirmé : « Un problème est que le gouvernement a annoncé le fait de l’explosion deux heures et demi après que l’explosion ait eu lieu et que le gouvernement n’a pas été clair et franc concernant la situation dans son ensemble ».

Shii a poursuivi : « J’ai dit au téléphone à l’assistant du premier ministre Kato Koichi qu’une telle réaction n’aiderait en rien les résidents se trouvant à proximité souffrant d’extrême anxiété. Je lui ai dit que le premier ministre et le chef de cabinet sont responsables, qu’ils doivent se rendre enfin compte de la gravité de la situation dans son ensemble, révéler les faits aux gens, et prendre immédiatement des mesures pour limiter les dégâts, y compris en procédant rapidement à des évacuations d’urgence et à des distributions de préparations iodées pour éliminer la radioactivité présente dans le corps ».

Une équipe d’experts indépendants des promoteurs de l’énergie nucléaire doit s’occuper de la crise nucléaire

Le président du Parti communiste japonais Shii Kazuo a suggéré que le gouvernement donne un mandat à la Commission de sécurité nucléaire, qui est indépendante des promoteurs de l’énergie atomique, pour gérer la crise nucléaire actuelle.

Lors d’une conférence de presse tenue le 14 mars, Shii a souligné que l’Agence pour la sécurité nucléaire et industrielle, l’organisme qui s’occupe actuellement des accidents nucléaires, fait partie du ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, pro-nucléaire.

Citant le fait que le gouvernement n’a pas informé le public de l’explosion du réacteur numéro 1 de la centrale nucléaire Fukushima-1, le 12 mars, jusqu’à cinq heures et demi après l’explosion, Shii a affirmé : « Je dois dire que c’était une réaction irresponsable. Le gouvernement devrait vite révéler les faits exacts au public et les informer de la façon dont le gouvernement entend gérer dans le cours des évènements le pire des scénarios possible ».

Concernant l’explosion qui a suivi du réacteur numéro 3 de la même centrale, le 14 mars, Shii a déclaré : « Le réacteur numéro 3 utilise du plutonium. S’il se répand dans l’air, les dégâts seront énormes. »

Quant à la coupure de courant du 14 mars, Shii a critiqué la Compagnie électrique de Tokyo (TEPCO) pour avoir coupé l’électricité sans avoir expliqué justement quelles seraient les zones soumises au blackout, quand le blackout commencerait, ou ce qui se passerait pour les institutions médicales et les gens qui sont sous oxygène à domicile.

Il a souligné qu’il est possible que de sérieux problèmes de santé et de sécurité se produisent dans ce cas-là et a déclaré : « Le PCJ exige que le gouvernement donne ordre à la TEPCO de passer par les procédures de rigueur avant de mettre en place une coupure de courant préméditée ».

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s