Afrique du Sud : Verdict historique en faveur des mineurs

Casa Free, 22 mars 2011 :

Des dizaines de milliers de mineurs sud-africains, victimes d’une maladie professionnelle, peuvent enfin poursuivre leur employeur, suite à un jugement historique rendu récemment par la Cour constitutionnelle de l’Afrique du Sud, pays où la main d’œuvre continue d’être sacrifiée au profit des intérêts miniers, rapporte mardi plusieurs médias sud-africains.

Les victimes des mauvaises conditions de travail dans les mines sud-africaines vont enfin pouvoir demander réparation. En effet, le 3 mars 2011, la Cour constitutionnelle a donné à Thembekile Mankayi, un mineur atteint de silicose, le droit de poursuivre son ancien employeur « AngloGold Ashanti », une des plus grosses compagnies minières du pays.

Cité par les médias sud-africains, l’avocat de la victime, Richard Spoor estime à 280.000 le nombre de mineurs concernés par cette décision qui va faire jurisprudence.

Héritage du système d’apartheid, la loi sud-africaine interdit aux ouvriers de se retourner contre leurs employeurs en cas de maladie professionnelle. En échange, les employés sont assurés d’un minimum de garanties, comme une pension à vie et une couverture maladie. Mais les mineurs sont sous un régime spécifique. Pour eux, ni pension, ni assurance, juste une prime d’un maximum de 7000 euros.

La Cour constitutionnelle vient de juger que le régime très défavorable des mineurs les autorisait à demander réparation devant la justice.

Pour autant, le bras de fer avec les compagnies minières n’est pas fini. La décision de la Cour constitutionnelle intervient après six ans de procès et deux rejets par la Haute Cour et la Cour suprême.

« Les mines d’or sud-africaines ne sont rentables qu’au prix d’une main d’œuvre corvéable à merci », explique à ce propos May Hermanus, directrice du Centre pour la durabilité dans les mines et l’industrie.

« Dans les années 1990, les syndicats de mineurs étaient plus occupés à sauver les mines d’or qu’à améliorer les conditions de travail », a-t-elle regretté.

L’exploitation de l’or fournissait 800.000 emplois dans les années 1980 contre 250.000 aujourd’hui, selon des statistiques officielles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s