Contre la dictature de Kadhafi et contre le militarisme occidental

Initiative Communiste-Ouvrière, 19 mars 2011 :

Vendredi 18 mars 2011, le Conseil de Sécurité de l’ONU a voté la possibilité de frappes aériennes contre l’armée de Kadhafi. Alors que les bombardements et les massacres continuent autour de Benghazi, que l’armée de Kadhafi a quasiment repris le contrôle du pays, une intervention militaire occidentale aérienne ne serait en rien un soutien à la population de Libye contre la dictature.

Sans revenir sur les interventions militaires en Afghanistan et en Irak, où plus personne ne croit qu’elles avaient pour but de défendre la « liberté », les « droits humains » ou la « démocratie », tout le monde sait que les armes de Kadhafi ont en grande partie été achetées à des capitalistes français. Ainsi, c’est le 18 février 2011, que finalement le Quai d’Orsay décidait de suspendre la livraison de matériel militaire à la Libye, avouant ainsi que depuis des années et des années le gouvernement français vendait à Kadhafi les armes nécessaires pour maintenir sa dictature. Interrogé par Public Sénat, loin des déclarations et résolutions hypocrites de l’ONU et des gouvernements occidentaux, Serge Dassault avait justement indiqué « « Quand on vend du matériel, c’est pour que les clients s’en servent ». Et effectivement, comment s’étonner ou feindre l’indignation que la dictature de Kadhafi utilise les armes qu’elle a achetées aux capitalistes occidentaux ?

L’Arabie Saoudite, d’ailleurs, après qu’elle soit intervenue militairement pour écraser dans le sang la révolte à Bahreïn, est susceptible de « fournir des moyens » à des frappes militaires aériennes sur la Libye. Ce simple exemple montre toute l’hypocrisie de ceux qui parlent de frappes aériennes au nom d’un soutien au soulèvement contre la dictature.

Une intervention militaire, que ce soit par des frappes aériennes ou une autre forme d’intervention, sous l’égide des grandes puissances, n’a en aucun cas pour but de « libérer » qui que ce soit et surtout pas la population libyenne. Au mieux, il s’agira de remplacer la dictature de Kadhafi par celle de ses anciens ministres qui dirigent aujourd’hui, après avoir été des cadres du régime, le « Conseil de Transition ». Que ce soit en Libye ou ailleurs, les régimes bourgeois n’interviennent jamais pour le bien des populations, mais seulement pour leurs propres profits.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s