Archives quotidiennes : 08/03/2011

La Femme dans la vie et dans la mort : De Frederick West à Anthony Kennedy

Communisme-Ouvrier n°7, mars 2011 :

À l’occasion du 8 mars 2011, Journée Internationale des Femmes, nous avons décidé de publier ce texte inédit de Mansoor Hekmat. Basé sur un crime atroce commis en 1994 en Grande-Bretagne, il conserve malheureusement toute son actualité et permet de rappeler que les crimes et violences, le plus souvent rangés par la presse dans la rubrique «faits divers», parfois justifiés au nom de «l’honneur», de la «passion», de la «folie», parfois même de «l’amour» (qu’on se souvienne des commentaires lors de l’assassinat de Marie Trintignant), sont, lorsque, sous toutes les latitudes, les victimes sont toujours des femmes, «le reflet malade de l’ombre dominante dans la société».

Une nouvelle horrible a assommé la Grande-Bretagne début mars. Dans l’humble cité historique de Gloucester, célèbre pour ses cafés cosy et sa cathédrale du XIe siècle, on a découvert une maison qui est devenue la tombe pour les corps des victimes de meurtres mystérieux qui ont eu lieu ces 25 dernières années. À la mi-mars, neuf corps ont été retrouvés sous le plancher de la cave, dans le jardin et sous le sol de la salle de bain de la maison située au 25 rue Cromwell, qui a été surnommée «la maison des horreurs». La police estime que, sur la base d’indices comme le nombre de personnes disparues dans la région ces dernières années, le chiffre pourrait monter à plus de 30 corps.

Lire la suite

Publicités

Grève totale chez Alcan à Ham (80)

France 3 Picardie, 8 mars 2011 :

99% des salariés sont à l’arrêt mardi dans l’attente du résultat du comité central d’entreprise.

Plusieurs responsables syndicaux sont d’ailleurs à Troyes (10) ce mardi pour suivre le CCE.

C’est lors du précédent comité central d’entreprise le 22 février que le groupe Alcan, spécialisé dans la production d’aluminium, a annoncé un plan de restucturation : cent emplois seront supprimés sur le site de Ham (80).

Lire la suite

Plus de 900 travailleurs en grève de la faim à Illizi

El Watan, 8 mars 2011 :

La contestation des pétroliers prend de l’ampleur au sud du pays et commence à ébranler la Sonatrach. Après Hassi R’mel, c’est au tour des travailleurs du champ de Tin Fouy Tabankor (TFT), situé à plus de 500 Km de Hassi Messaoud, de se révolter contre leur précarité et « le mépris » de la direction générale du groupe Sonatrach.

En effet, pas moins de 980 travailleurs vivant sur les bases de vie de Tin Fouy Tabankor, l’un des plus grands champs gaziers et pétroliers de l’Algérie, situé à 200 Km au nord d’In Amenas dans la wilaya d’Illizi, ont observé dimanche et lundi une grève de la faim en solidarité avec le mouvement de protestation déclenché par leurs camarades à Hassi R’mel.

Lire la suite

Suisse : Appel à la grève pour l’égalité

La Tribune de Genève, 8 mars 2011 :

La réduction des inégalités entre hommes et femmes fait du surplace. En cette Journée internationale de la femme, ils lancent un appel à la grève le 14 juin 2011, trente ans après l’adoption de l’article constitutionnel sur l’égalité.

La Journée nationale d’action et de grève verra partout en Suisse des travailleurs et travailleuses faire des pauses prolongées ou sortir dans la rue pour manifester, indique mardi l’Union syndicale suisse (USS).

Ses revendications principales: l’égalité des salaires entre femmes et hommes, une hausse des salaires minimaux, suffisamment de places dans les crèches et un congé de paternité.

Lire la suite

Une histoire de 8 mars… 2011

Texte publié par l’Initiative Communiste-Ouvrière :

En France, le 8 mars se limite dans bien des villes de province à des cérémonies officielles à la mairie. Et voilà une histoire vraie, survenue dans une petite ville de province en ce début mars, très loin des cérémonies officielles.

Cela concerne une femme, mais cela pourrait en concerner des milliers, des dizaines de milliers comme elle. Femme, ouvrière non qualifiée et immigrée, sa seule richesse, son seul moyen de gagner sa vie, c’est de vendre sa sueur et son travail. Et son travail, elle le vend dans un secteur où elles sont en grande majorité des femmes, et bien souvent immigrées, un secteur avec très peu de présence syndicale, un secteur où les patrons profitent que ces travailleuses ont parfois du mal à comprendre le français et à connaître leurs droits : le secteur du nettoyage. Temps partiel imposé, salaires au lance-pierre, mépris des chefs, isolement des ouvrières dans différents petits chantiers, ce sont elles qui, avant qu’ouvrent les bureaux, les magasins et les administrations, ou après qu’ils ferment, les lavent. Bref un des secteurs où l’exploitation capitaliste est la plus dure, et où elle est intimement liée au racisme et au sexisme.

Lire la suite