Archives quotidiennes : 24/02/2011

Des papiers pour Said

Notre camarade Said Niroumand, militant du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran et du syndicat CGT des Précaires et Privés d’Emploi de Lyon, est un réfugié politique iranien débouté du droit d’asile. Sa demande d’asile ayant été rejetée, Said Niroumand, sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français, est actuellement menacé d’expulsion.

En cas de retour en Iran, où un mandat d’arrêt à son encontre a été prononcé à son égard pour « injures envers les valeurs sacrés », la liberté, la sécurité et même la vie de Said Niroumand serait gravement menacées, surtout dans le contexte actuel où la répression et les exécutions s’intensifient contre les opposant(e)s au régime en Iran. Il est à noter qu’en plus de ses activités contre le régime en Iran, Said Niroumand a, depuis son arrivée en Europe, participé à de nombreuses manifestations et actions publiques en faveur des droits humains, des droits des femmes, et de la laïcité contre la République Islamique d’Iran aux côtés du Parti Communiste-Ouvrier d’Iran, ce qui rend encore plus dangereux tout retour en Iran.

Pour soutenir Said et demander la levée de son obligation à quitter le territoire français et qu’il obtienne un titre de séjour, une pétition a été lancée :

Lire la suite

Publicités

D’Egypte aux Etats-Unis : une seule classe ouvrière !

Alors qu’un formidable mouvement révolutionnaire enflamme déjà tout le Maghreb et tout le Moyen-Orient, au Wisconsin (Etats-Unis), par dizaines de milliers, les travailleuses et les travailleurs manifestent contre le projet de rigueur budgétaire et d’austérité du gouverneur Scott Walker et sa volonté de remettre en cause la convention collective et les droits syndicaux des salarié(e)s de la fonction publique. Samedi 19 février, ce sont, selon la presse, 68.000 travailleurs et travailleuses qui ont manifesté à Madison, la capitale de l’Etat. Sur les pancartes ils avaient des slogans comme « Hosni Walker », « Un dictateur au tapis, un autre à abattre », avec la photo de Walker à côté de celle de Moubarak apparus après que Scott Walker ait menacé de faire appel aux gardes nationaux pour disperser les manifestants.

Le 20 février, Kamel Abbas a lancé un message de solidarité au nom des syndicats indépendants d’Egypte aux travailleurs du Wisconsin :

Traduction de l’intervention (d’après la traduction anglaise) :

Je vous parle depuis un lieu très proche de la Place Tahir au Caire, la « Place de la Libération », qui était le coeur de la révolution en Egypte. C’est une place où de nombreux de nos jeunes ont payé de leurs vies et avec le sang la lutte pour nos justes droits.

Depuis cette place, je veux que vous sachiez que nous sommes à vos côtés comme vous avez été à nos côtés.

Je veux que vous sachiez qu’aucun pouvoir ne peut faire face à la volonté des gens lorsqu’ils croient en leurs droits. Lorsqu’ils lèvent fortement et clairement leurs voix et luttent contre l’exploitation.

Lire la suite

Colmar : Les salariés de Liebherr manifestent pour les salaires

L’Alsace, 24 février 2011 :


Près de 500 salariés des deux sites de production colmariens de Liebherr ont manifesté, hier après-midi, bloquant les carrefours de la Foire aux vins et des casernes. Il s’agissait de continuer le mouvement engagé mardi et portant sur les salaires et les conditions de travail. Finalement, la direction a avancé son rendez-vous avec les représentants du personnel initialement prévu aujourd’hui. Hier à partir de 16 h, les deux parties se sont retrouvées autour de la table. Vers 21 h, à la sortie de la négociation, l’intersyndicale se déclarait plutôt satisfaite des résultats obtenus : augmentation des salaires de 70 € par mois pour les employés et ouvriers, hausse de 0,3 % pour l’ancienneté et de 0,1 % individuellement. La prime de vacances passe de 1 010 € à 1 060 €. Les cadres bénéficieront d’une augmentation de 2,6 % en moyenne.

Créteil : Six cents personnes mobilisées pour Mondor

Le Parisien, 24 février 2011 :

La mobilisation ne faiblit pas. En pleines vacances scolaires, 600 personnes environ ont battu le pavé hier à Créteil pour défendre le centre hospitalier Henri-Mondor. L’établissement de renom est menacé par la fermeture de son service de chirurgie cardiaque, programmée dans le cadre de la réorganisation de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à la demande de l’agence régionale de santé (ARS).

Il y a une dizaine de jours déjà, un premier rassemblement devant l’hôpital avait réuni entre trois cents et cinq cents personnes.

« On ne laissera pas notre hôpital se faire attaquer de cette manière », clame Jean-Marc Devauchelle, secrétaire adjoint de SUD. Pour l’heure, tous les courriers ou demandes d’entretien auprès des autorités sanitaires sont restés sans réponse. « Ils se renvoient tous la balle », déplore Christophe Pin, de la CGT. Mais pour tous les syndicats et hospitaliers, Mondor est aujourd’hui le « symbole » de la bagarre à mener pour maintenir un service public de santé au sens large.

Lire la suite

Les dictateurs doivent être jugés ainsi que leurs complices occidentaux

Alors que le bilan de la sanglante répression en Libye ne cesse de s’alourdir, il convient de rappeler que c’est en autre avec des armes françaises que la dictature massacre la population.


Communiqué de l’Initiative Communiste-Ouvrière, 20 février 2011 :

Le jugement des Ben Ali, Moubarak, Ali Khamenei, Kadhafi, et autres dictateurs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient est une exigence fondamentale pour la population de ces pays. Les familles, les proches, les ami(e)s de celles et ceux qui sont tombé(e)s sous les balles des forces de répression, celles et ceux qui ont été torturé(e)s, violé(e)s en prison, enfermé(e)s pour avoir oser dénoncer ces régimes, ont le droit à la justice. Avec les figures principales de ces régimes, devront aussi être jugés tous ceux qui ont été responsables des tueries, des massacres, de la répression pendant des décennies. Ce ne sont que de tels procès, publics, qui permettront à la fois de montrer que ce n’est pas qu’un dictateur mais tout son appareil d’Etat qui est brisé, et qui permettront aussi, aux victimes et à leurs proches, d’obtenir réparation, d’ouvrir les dossiers les plus noirs de ces régimes pour qu’enfin éclate la vérité.

Lire la suite

Libye : Kadhafi encerclé

Le Parisien, 24 février 2011 :

Une partie du pays est désormais sous le contrôle des insurgés. Au sein même du pouvoir et de l’armée, les défections se multiplient. Mais le dictateur poursuit sa répression sanglante.

Muammar Kadhafi s’accroche au pouvoir, bien que toute une partie du pays, à l’est, soit passée aux mains des opposants. Les villes de Tobrouk, Derna, Benghazi, Masrata, El-Beida, Ajdabiya sont « tombées ». Combien de temps le Guide pourra-t-il tenir, alors que les défections au sein du régime se multiplient et que la communauté internationale, horrifiée par le bain de sang libyen, prévoit des sanctions ?

Un bilan meurtrier. Six cents morts, 1 000, 2 000, plus ? Impossible de connaître le nombre de victimes de la répression sanglante menée par Kadhafi.

Lire la suite

Nouvelle journée de grève générale en Grèce

Reuters, 23 février 2011 :

Des heurts ont opposé mercredi la police grecque à des manifestants à Athènes sur fond de grève générale

Environ 100.000 travailleurs, étudiants et retraités ont défilé à Athènes en direction du Parlement hellénique dans le cadre d’une grève nationale contre la politique de rigueur du gouvernement.

La police anti-émeute a fait usage de gaz lacrymogènes et de bombes éclairantes contre des manifestants qui lançaient des cocktails Molotov.

Ce débrayage de 24 heures, observé par les employés du public et du privé, a paralysé les transports publics et aériens et entraîné la fermeture des écoles. Un service minimum était assuré dans les hôpitaux. Il s’agissait de la première grève nationale de l’année contre la réduction des dépenses publiques.

Lire la suite